Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 08:00
début de l'histoire

Le bruit métallique de l’aération au-dessus de moi, guide mon réveil. Il revient en une boucle fort désagréable à mes oreilles. Ce son est si étrange. Je remue ma tête, le dossier où je suis installé accompagne agréablement mes mouvements. Je laisse l’air mélangé d’oxygène venir caresser mon visage. Le cliquetis lancinant pousse mon cerveau à sortir de l’obscurité profonde où il se trouve.

De plus, paroles et rires prennent forme à mes côtés. Des verres s’entrechoquent, des plaisanteries sont échangées joyeusement, des odeurs de cuisine titillent mon odorat et je sens que dans ma main une autre main avec de longs doigts chauds et doux me caresse doucement.

J’ose enfin ouvrir mes yeux.

Et ce que je vois me rassure.

Wonderboy en face de moi, un verre à la main, commence à chanter d’une voix forte, mais fausse ce qui fait beaucoup rire le survivant. J’ai du mal à reconnaître Thomas, rasé de près. Il arbore une chemise Hawaïenne des plus kitch cela le change de ces habituels tenues noires de pilote.

Nous sommes assis autour d’une table ronde maintenue au sol par un large pied en bois. J’ai du mal à me situer, la salle où se passe cette petite fête doit être le coin cuisine de notre vaisseau, enfin… Je crois ?

Un léger déplacement d’air sur ma gauche me donne à penser que le clone ailé vient s’installer près de moi. D’un mouvement aérien il efface avec son corps le morceau de banquette rouge me séparant du survivant et me lance d’une voie suave :

— Enfin réveillé Imperator, prenez un verre que nous trinquions à l’effacement total.

Je ne suis pas sûr d’avoir bien compris ses paroles, mais j’attrape quand même le verre qu’il me présente. Je vais pour lui répondre quand une main douce, mais ferme se pose sur mon visage.

Par une légère poussée elle me fait tourner la tête vers la droite. S’ensuit une forte pression sur mes lèvres. Je reconnais tout de suite dans ce baiser la fougue et l’ardeur de Norma.

Au bout de plusieurs minutes d’osmose parfaite, nous revenons parmi nos amis.

Norma contente d’elle me souffle tout bas :

—David n’essaye plus de te soustraire à mon amour par de nouveaux subterfuges.

Las de ne pas comprendre la signification des différents propos, je me plonge avec plaisir dans la dégustation de l’assiette tout juste déposée devant moi.

Excellent, merveilleux, captivant, délicieux, voilà ce que je peux dire des mets ainsi proposés. Je dévore sans aucune retenue mon plat, plus personne ne parle nous sommes tous  absorbé par nos sens.

L’estomac rempli, je me laisse aller dans le fond de la banquette. Un à un mes amis font pareils, nous sommes là à nous regarder et à apprécier ce moment de bonheur.

Je tourne la tête vers ma douce amie pour voir si elle partage ce moment de plénitude extrême, mais je vois sur son visage devenu blafard un vilain rictus.

Je suis ses yeux et je comprends sa stupeur. Mes bras sont pris d’un tremblement anormal. Pendant un instant ils sont les seuls, mais le reste de mon corps se met aussi à développer cette étrange affection.

Plus je regarde et plus le mouvement accélère.

Je tente alors de me lever, mais cela ne fait qu’augmenter le mal. Ce qui a pour effet de me faire basculer en avant sur la table.

Mon visage n’apprécie pas la rencontre rapide avec le large plateau en verre poli.

Le cri désespéré de Norma sert d’électrochoc au reste de la communauté.  J’entends Thomas donner des ordres, j’aimerais bien qu’il se dépêche, les douleurs commencent à apparaître

—Allez, ne le laissez pas comme cela, retournez le, aboie Wonderboy d’une voix que je lui reconnais pas, une voix pleine d’inquiétude et de stress.

—Vous deux les clones attrapez ses bras et maintenez le fermement. Toi Norma essaye de lui prendre la tête au creux de tes mains et parle lui, bon sang, rassure-le. Quant à moi, je vais essayer de lui bloquer les jambes.

 

N’est-ce pas drôle la vie, désespérément ironique, moi le Space freak, l’Imperator de la vitesse lumière, le pourfendeur de l’espace intersidéral, le conquérant des sombres sauts.

Je me trouve là sur cette table à me battre contre un mouvement venant de l’intérieur de mon corps.

La douleur commence à devenir insupportable et lorsque je regarde le visage de mes camarades et amante pour chercher un peu de réconfort, je ne trouve que crispation et inquiétude.

Malgré tout cela quelque chose tente de se rappeler à mon bon souvenir Oui je le perçois de nouveau, le cliquetis étrange. Malgré la situation je le recherche et je commence à l’entendre plus précisément.

Je le tiens il est là tout près de nous.

Je vois que ce n’est pas un simple bruit, c’est vivant.

J’essaye d’avertir mes amis, mais je ne peux pas.

Ils sont là à m’aider sans savoir ce qui se passe au-dessus d‘eux.

Maintenant je perçois aussi son aura et je n’aime pas cela du tout, car le mal vient d’apparaître dans cette salle.

D’un ton dur et menaçant, une voix terrible résonna parmi nous.

—C’est cela tenez le bien, le Space Freak, l’Imperator va recevoir son ultime châtiment.

Au moment où tout le monde autour de moi lève la tête pour comprendre, ils voient en un éclair, une forme noire plonger dans un cri rauque vers le centre de mon corps.

Je pensais connaitre la souffrance, mais quand l’être noire perfora mon ventre en une gerbe de tripes et de sangs, même les tremblements de mon corps ne purent pas empêcher les hurlements de sortir du plus profond de ma gorge.

 

L’intrusion finale du maudit en moi, me renvoya dans le néant avec pour accompagnement, les sanglots de Norma, les cris de désespoir de Thomas et les regards désolés des clones. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Relka Kapec - dans Effacement
commenter cet article

commentaires

SAD 06/03/2009 18:18

bon maintenant c'est malin je piaffe d'impatience!!! je veux la suite!!!

Lud 06/03/2009 15:24

Ah les chemises Hawaïennes...

Un passage de l'histoire plus conséquent mais qui me laisse sur ma faim. Trop de mystère...

Présentation

  • : Le blog de Space Freak
  • Le blog de Space Freak
  • : Je crois que je sais écrire de la science fiction
  • Contact

Recherche