Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 08:00

                De nouveau la fournaise. C’est là que tout s’arrête, enfin je crois.

 Mon vaisseau git à coté de moi, en flamme. J’ai pu m’éjecter de justesse, juste après Brilla. Je suis allongé, impuissant. Mes blessures sont graves, je respire avec peine. Mon visage me brule, et dans ce tumulte, la première personne à laquelle je pense est Serena. Un transport de troupes s’est posé près du lieu de mon crash. Des troupes commando en sortent, cuirassés, l’arme à l’épaule. Ils m’encerclent. Un des soldats s’approche, son arme est pointée sur moi. Je ne vois pas son visage, juste la visière de son casque rouge.

_ Qui êtes vous ? Que faites vous ici ? demande-t-il.

Je reste silencieux. Je ne veux pas qu’il trouve Brilla.

_ Aucune réponse de l’éclaireur, monsieur, continue le soldat, parlant à sa radio. Oui, je fais un scan.

  Tout en pointant son fusil vers moi, il tend vers moi son poing. Un fin pinceau de lumière émane de son poignet. Le pinceau me passe sur le corps.

_ Scan terminé. L’éclaireur est grièvement blessé, intransportable… Non, son vaisseau n’est pas récupérable… Non, nous avons fait un thermoscan, et il n’y avait personne d’autre. Bien, nous partons. 

J’entends plus que je ne vois les soldats partir. Malgré la douleur, j’ai un sourire de satisfaction. Ils n’ont pas vu Brilla. Les gardiennes ont une température corporelle trop froide pour être repérées avec un simple thermoscan.

Je regarde le paysage autours de moi. Je suis sur une planète forestière. Mon vaisseau en flamme risque de mettre le feu à toute la forêt. Pourquoi faut il que nous détruisions tout ce que nous touchons ? Méritons nous vraiment tout ce que font les gardiennes ? Serena… Pourquoi t’ont-ils sacrifiée ?

  Les flammes se mettent à décroitre, jusqu’à s’éteindre. Une sorte de pellicule de givre recouvre la partie blessée du paysage. Je me rend compte que ce n’est pas du givre, mais du cristal. J’entends des pas feutrés qui se dirigent vers moi. Brilla est là, penchée sur moi.

_ J’ai entendu ta question, mon ami. Et la réponse est : oui il est des gens parmi les hommes qui méritent les efforts que nous faisons, et tu es l’un d’eux.

Sa main caresse la moitié brulée de mon visage, et je ressens une délicieuse fraicheur qui arrête la douleur. Il en va de même pour le reste de mon corps. Brilla me regarde, elle sourit gentiment.

_ Je suis désolé, lui dis-je. Mais ton voyage devra continuer sans moi.

_ Mon voyage a commencé avec toi,me répond elle. Et il se terminera avec toi.

Je la vois alors se relever. Autours de nous, des colonnes de cristal s’élèvent, puis des murs. Au sommet des colonne, le cristal jaillit comme un filet d’eau, pour ensuite former un toit Je sens le cristal qui commence à me recouvrir. Il est comme frais et tiède à la fois. La douleur a disparu, je me sens fatigué, je m’endors, alors qu’un temple se construit autours de moi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Space Freak - dans histoires courtes
commenter cet article

commentaires

Malek 06/10/2010 15:52


Un passage superbe. J'aime beaucoup.


Présentation

  • : Le blog de Space Freak
  • Le blog de Space Freak
  • : Je crois que je sais écrire de la science fiction
  • Contact

Recherche