Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 08:00

Ma participation au concour de l'été, intitulée "le globe". J'ai fini quatrième

 

J'aurais pu vous en dire plus, mais là je suis fatigué

 

Le globe

 

            Le globe n'était plus là. De tous les objets qui jonchaient la table, c'était le seul objet qui manquait. Ce globe creux de composition encore indéterminée, trouvé sur cette planète, flottant sur l'océan. Alan manquait aussi.

            C'était la raison qui avait fait se lever Helen. Seule, nue, elle arpentait les différentes parties du module à la recherche de son compagnon. Il n'était ni dans la cuisine, ni dans le laboratoire, ni dans le vivarium. Elle arriva dans la salle de conférence. Les écrans en veille brillaient faiblement. _ _ Max, réveille toi, j'ai besoin de localiser Rhyne !

  Un écran s'illumina. Un message s'inscrivit.

« Recherche du sujet....

 Sujet en dehors du complexe...

vérification mémoire.... Dernières actions du sujet : ouverture du sas en salle de prélèvement.

_ Comment ça, Max, Alan est dehors ?

_ Correct.

  Helen se rua dans sa chambre, attrappa une combinaison et s'en vêtit à la hâte. Elle courut jusqu'en salle de prélèvement. Le bassin renvoyait la lueur d'une des lunes que l'on voyait à travers le sas ouvert. Helen sortit.

  Alan était là. Il était assis, nu sur le bord du complexe, les pied dans l'eau. Le globe était dans sa main.

_ Alan ! Mais tu es fou ? Une tempête pourrait  arriver d'un moment à l'autre ! Il faut rentrer !

Alan se retourna. Il y avait sur son visage mal rasé et fatigué un air apaisé qui décontenança Helen.

_ Tu es là, mon amour ! Dit il.

_ Il faut que tu rentre. La nuit risque d'être froide, et les tempêtes....

_ Il ne fait pas froid, tu ne le sens pas ? Quant au tempêtes, il n'y a rien à en craindre.

  Helen s'était rapprochée de son compagnon.

_ Assied toi, dit il. Et si tu as confiance en moi, ne dis rien.

  Helen s'assit, encore surprise. Alan s'adressa à la sphère qu'il tenait dans la main.

 

            Je m'appelle Alan Rhyne. Je ne suis pas un être humain à part entière. J'ai été cloné à partir d'un des plus grands savants existant. Ma compagne, Helen Quigley, a elle aussi été conçue à partir d'une des plus grandes océanologue, tout ça pour que nous puissions être expédiés sur cette planète entièrement recouverte par un océan unique, pour que nous puissions l'étudier, sans que ce soit une grande perte pour nos semblables si nous mourrions. !

 

Cette planète océan intéresse nos gouvernements, car l'eau est l'un des éléments les plus importants dans l'univers. Ce lieu attire bien des convoitises, mais il est cependant dangereux. Les premiers vaisseaux qui se sont posés ici ont sombré, emportés par la violence des tempêtes qui règnent ici. Il n'a pas fallu longtemps pour comprendre que ces tempêtes avaient été provoquées, du fait de leur localisation précise sur les lieux où les vaisseaux tentaient de se poser. D'où la nécessité de trouver l'intelligence qui commande ces tempêtes et de communiquer avec elle. C'est dans ce but que nous avons été envoyés, dans ce vaisseau-complexe d'étude océanographique. Nous avons eu la chance de ne pas subir de tempête depuis notre arrivée, mais maintenant j'ai compris qu 'il ne s’agissait pas de chance. Il ne s'est jamais agit de ça.

 

  Nous avons trouvé cette sphère que je tiens actuellement flottant près du complexe. Nous n'avons jamais compris de quoi elle était constituée. Et après des études infructueuses nous avons cessé de nous y intéresser pour retourner à l'étude des diverses espèces animales et végétales. Qui peuplent cet océan. Beaucoup de ces espèces étaient plus qu'intéressantes, mais aucune ne montrait les signes d'une intelligence capables de contrôler les courants, les mers, et même le climat. Ce n'est que maintenant, alors que je tient la sphère, que je me rend compte. Cette intelligence avec laquelle nous cherchons à entrer en contact, c'est elle qui a fait le premier pas.

_ Je ne te comprends pas, Alan, qu'est-ce que tu fais, et à qui tu t'adresses ?

_ Helen, ma chérie. Si tu devais essayer de communiquer avec une intelligence extraterrestre, qu'est-ce que tu définirais en premier ?

_ Je ne sais pas... qu'est-ce que tu veux dire ?

_ La réponse est simple, tu montrerais d'abord qui tu es, et c'est ce qui s'est passé.

_ Hein ? Tu veux dire que ceux que nous cherchons sont des sphère ?

_ Helen, nous avons cherché à savoir de quoi était faite cette sphère sans chercher à savoir ce qu'elle représentait. Elle représente l'océanqui recouvre la planète. L'océan est un être vivant conscient et intelligent.

_ Mais nous avons analysé l'eau des centaines de fois, sans y trouver rien de particulier

_ De l'eau, des éléments chimiques connus, et des traces d'éléments indéterminés, quelque chose comme 0,001%. Imagine un être composé de plus de 99,999% d'eau, et bien sur une planète comme celle ci, d'un diamètre comparable à la Terre, tu imagine ce que représente Le 0,001% restant ? C'est suffisant pour un être intelligent et omnipotent sur cette planète. C'est à lui que je m'adresse. A cet être composé d'eau, une eau qui est dans l'océan, une eau qui est dans les nuages.

_ Toute cette eau, cet océan, tout cela n'est qu'une seule entité ?

_ Nous sommes des clones ma chérie, des pièces qu'on utilise et qu'on jette. . Nous avons en nous des micro-bombes, des engins programmés pour nous tuer dès que nous aurons accomplis notre mission. Je n'ai pas envie de mourir, pas plus que de te perdre. Mais maintenant, j'ai trouvé comment nous en échapper.

Alan se leva et laissa tomber la sphère dans l'eau. Le trou qui se fit dans l'eau, au lieu de se combler, commença à s'élargir. Et devint bientôt un puit menant vers le centre de la planète.

_ Helen, me fais tu confiance ?

_ Je ne sais pas, Alan, que veux tu faire ?

_ Si nous voulons vivre, nous devons sauter dans ce trou. Nous ferons partie de la planète

_ Tu veux dire que nous allons devenir...

_ helen, cela fait des mois que nous vivons sur cette planète, que nous buvons son eau. Elle est déjà en nous, tout comme nous en elle. Déshabille toi, helen, tu n'auras plus besoin de cette combinaison.

  Helen regarda le trou, puis le sas du complexe, avant de regarder Alan. Elle dégrafa sa combinaison , se rapprocha de lui, et se laissa prendre dans ses bras.

 

Le complexe finit engloutit par les flots. Aucun résultat d'analyse ne fut transmis, et la planète garde encore tout son mystère. Les tempêtes empêchent encore les vaisseaux de se poser. Néanmoins, parmi les plus téméraires qui ont essayé, et ont réussi à s'enfuir, il en est qui racontent avoir vu un homme et une femme marcher sur les flots, calmement au beau milieu de la tempête.

Partager cet article

Repost 0
Published by Space Freak - dans histoires courtes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Space Freak
  • Le blog de Space Freak
  • : Je crois que je sais écrire de la science fiction
  • Contact

Recherche