Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 08:00

            C baissa la tête. A et B étaient en train de regarder le ciel en souriant.

_ Je suppose que ça remet pas mal de tes calculs en questions, dit ce dernier

_ C’est le problème de l’effet papillon, ajouta A. Déjà que ça fausse pas mal de calculs lorsque le papillon est à l’autre bout du monde, alors à l’autre bout de l’univers….

  C ne quittait pas son calme. Son armée toujours aux ordres continuait d’avoir les deux mutants en ligne de mire.

_ Je dois vous avouer que je suis assez perplexe pour la suite des évènements. Vous proposez quoi ?

_ Tu nous demande à nous de te proposer quelque chose ? demanda B étonné et amusé en même temps

_ Je pense qu’il est dans notre intérêt à tous de réfléchir à un moyen de communiquer avec ces nouveaux venus pour faire des échanges mutuellement arrangeants, vous ne pensez pas ?

_ Je t’arrête, dit A, on n’est pas des VRP.

_... Alors ?

_ Commence déjà par demander à tes macaques de baisser leurs armes.

_ Ok, Repos messieurs, la situation est sous contrôle

_ Façon de parler. Dit B en levant les yeux.

_ Je pense, dit A, que la meilleure chose à faire est d’attendre un message de leur part.

_ Monsieur A ? demanda 666.

_ Oui, mon brave ?

_ Le message a déjà été envoyé. Leur demande était de savoir quelle était la procédure d’accueil pour des visiteurs de leur genre.

_ Et bien, nous n’avons qu’à répondre classiquement : champagne, ballons et cotillons, dit B.

_ La réponse a déjà été envoyée par votre serviteur. Je leur ai fait part des mesures militaires en cas d’invasion, à savoir, la riposte en force.

             Silence gêné des trois mutants.

_ Et bien, dit finalement B, heureusement qu’ils ne t’ont pas demandé les codes d’accès au contrôle de l’armement.

_ Cette demande était inutile, monsieur B. Ils m’ont fait comprendre qu’ils possèdent déjà les codes en question.

  Les trois mutants se frappèrent en même temps le front de la main. 666 constata avec plaisir la simultanéité de leurs réactions, il en conclut qu’une réconciliation entre les trois humanoïdes était envisageable…

Repost 0
Published by Space Freak - dans L'erreur
commenter cet article
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 08:00

            Le désert s’étend aussi loin que le regard porte. Et nul vent ne trouble la tranquillité du lieu. Le sable est étalé de façon plane et régulière. Au milieu de tout ceci sont trois personnages. Peut on les qualifier d’humains ? Certes ils sont à peu près humanoïdes, il s ont deux bras et deux jambes chacun. Vêtus de robes amples et lumineuses, ils semblent être attelés à une même tâche. C’est leur tête qui peut amener des questions sur leur humanité. Le premier a une tête parfaitement sphérique dans laquelle tout se reflète. Le second a un dé à face multiple en guise de tête, quant au troisième, un tourbillon de sable permanent en tient lieu. Rassemblés autours d’un cercle de lumière qu milieu du sable, il s observent dans celui-ci les images venant d’un autre monde.

Le miroir parla :

_ Ce n’est pas moi !

_ Ni moi, répondit le dé

_ Ce n’est aucun de nous, dit le tourbillon. Nul n’aurait pu prévoir cela.

_ Alors, que faisons nous, dit Miroir ?

_ Avons-nous le choix répondit Tourbillon? Continuons.

_ Je n’aime pas cela, dit Dé. Il va me falloir analyser de nouveau les règles et recommencer les calculs.

_ Epargne toi cette peine, mon ami, je pense que les règles vont évoluer constamment à partir de cet instant. C’était le but de la manœuvre depuis le début. Nous montrer que tu ne pouvais pas tout prévoir.

_ Alors que sera le rôle de C ?

_ Il est tombé sur une suite d’évènements où son influence n’est plus si cruciale. Il lui faut trouver ce rôle, et non plus le calculer.

_ De même pour A et B, et même ce pauvre 666. La vrai question à se poser, est celle-ci : qui a mis cette farce en place ? C’est depuis le début que la situation nous a échappé.

_ En effet, mais nous ne pouvons pas revenir en arrière.

_ Que propose tu, alors, Tourbillon ?

  L’homme tourbillon lève le bras, et un vent se met à souffler, balayant le sable depuis l’horizon, sur une espace large comme une route. En s’écartant, le sable laisse place à une voie ferrée. Un train ne tarde pas à se faire entendre.

_Je propose que nous utilisions les armes de notre adversaire inconnu, et que nous nous mettions à inviter d’autres joueurs à cette partie

_ Pourquoi ce train ? demanda Dé

_ Il nous mènera vers notre nouvel invité. Prendrez vous place ?

            Le train s’arrête à la hauteur des trois humanoïdes

 

Repost 0
Published by Space Freak - dans L'erreur
commenter cet article
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 22:49

_ Jusque là, j’ai du mal à comprendre la démarche. Permettez moi de récapituler : D’abord, vous créez un mouvement de foule, certes faible, mais suffisamment important pour servir de diversion à l’évasion d’un mutant d’un genre particulier, le dénommé A. A la suite de quoi, celui-ci « infecte », si vous me permettez l’expression, les citoyens de la Ville, ceux-ci se posent des questions sur leur existence, sur le gouvernement… Bref, des questions qu’on leur avait appris à ne pas se poser. Et puis les rebelles, suite à ces actions, commencent à reprendre du poil de la bête, les attentats aux feu d’artifice se multiplient, l’irrégularité se propage, les forces de l’ordres, touchées elles aussi, sont impuissantes à enrayer la propagation, vous arrivez même à prendre le contrôle du satellite de retransmission des information (ou nous nous trouvons en ce moment, soit dit en passant, monsieur l’entité) et puis tout commence à se résorber, les gens sont tués par millions, des soldats au physique de gorille commencent à faire régner un nouvel ordre, et vous, vous regardez ça comme si c’était prévu ; Pourtant je croyais que vous vouliez mettre le désordre.

_ En effet, mon ami, mon but à moi est la mise à mort de toutes ces inutiles  institutions qui se proclament vérité et rendent le monde si rigide…

 _ Et pourquoi vous laissez faire, là ? Ils vont à nouveau le rendre rigide, non ?

 _ C’est une évidence, et moi j’adore montrer la fragilité des évidence…

 

 

Les deux hommes et le borg sont debout, calmes malgré l’armée de monstres vêtus de noir qui les encercle. Timidement, A lève les yeux. Il croise du regard un des soldats. Alors, celui-ci commence à se rendre compte de son état, une envie de réagir naît en lui… et il meurt, son code génétique piégé ayant réagi à son début de révolte.
 B n’ose même pas utiliser son pouvoir télékinésique, conscient du trop grand nombre d’arme pointé dans sa direction. Il n’est pas inquiet pour autant, il attend… 666 analyse les soldats qui l’entourent. Il expérimente la curiosité. Lui aussi, il a l’air d’attendre. Certains soldats s’écartent, laissant passer un gringalet binoclard à l’air sûr de lui.

_ Bonjour, messieurs, lance-t-il. Je suppose que vous avez compris que votre petite révolution a avorté, et maintenant, j’aurais quelques questions à vous poser.

  Les deux hommes ne lui prêtent aucune attention. A lève les yeux au ciel, quelque chose va arriver, il le sait…

 

_Bien, monsieur le gardien du satellite, voyez ce regard, je vous demande l’enregistrer, et de l’envoyer sur tous les écrans de la ville, voulez vous ?

_Ca va être impossible, monsieur C contrôle toutes les communications, et tous les écrans, alors…

_ oui, mais il y a une faille, et s’il n’y en a pas, moi, je la crée….

 

            Et la ville se pare de milliers de reproductions du visage  de A, Et tou ceux qui avaient pu y échapper se retrouvent face à ces yeux, qui les mettent face à eux même. Bien sûr, ce petit problème technique est prévu par la surveillance programmée par C, mais pas ce qui l’accompagne.

 

Le ciel est sombre, sans un nuage, mais sombre. Il fait grand jour pourtant, mais la lumière du soleil est obscurcie par les centaines de soucoupes volantes qui se sont arrêtées, entre deux airs, et qui semblent observer placidement la cité sous leurs réacteurs. Bien entendu, les défenses de la villes sont programmées pour répondre à ce genre d’attaque aérienne, mais l’ordinateur central des armées est en ce moment trop occupé à essayer de résoudre les questions inspirées par le visage transmis depuis le satellite de communications

 

Fin de la deuxième partie

Repost 0
Published by Space Freak - dans L'erreur
commenter cet article
2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 20:16

Message urgent codé envoyé de l’état major des irréguliers.

 

Je m’appelle Rupert Vill, je suis second caporal de la section verte des irréguliers. J’envoie le message suivant pour signaler que la situation est critique. Les plus grosses poches d’insurrection ont été nettoyées, tout le monde est mort. J’ai vu le leader se faire arrêter. Il parait que tout ce monde a été emmené dans des lieux où ils sont été noyés sous le métal fondu. L’armée s’est enrichie de nouveaux éléments. J’ai pu en voir un. Ils ne semblent ni humains ni borgs. Ils ressemblent à des hommes au physique de gorilles, vêtus d’armures noires. Ils ne semblent pas affectés ou affectables par l’erreur. La priorité actuelle est d’arrêter toute action et de se replier sur des bases de sûreté. Evitez toute communication aux autres irréguliers, fondez vous dans la population. Il  faudra penser à la réorganisation une fois que la situation sera stabilisée. Ce message sera répété toutes les heures pendant une journée. Je sais quel risque je prend en prenant cette décision mais tout les irréguliers doivent être informés du peu d’information que je possède. Il est trop tard pour moi. A l’instant où j’envoie ces mots, une escadre des troupes décrites plus haut est en train de briser les dernières défenses de mon bastion. Je serai bientôt capturé, puis tué. J’envoie le message. Adieu…

 

            C regardait le message qu’il venait de transmettre à tous les irréguliers. N’était-ce pas un peu trop mélodramatique ? Non, ce serait pas mal. Il valait mieux attiser la colère des irréguliers, ça les rendait plus facilement contrôlables. Leur leader était depuis le début de l’irrégularité devenu trop indépendant. Il était devenu urgent de le maîtriser.  Il regarda un autre moniteur. Le nombre de capturés par les troupes noires était en constante augmentation. Les pertes étaient minimes pour l’instant. Parmi les exécutés, un proportion de 65 % étaient atteints par l’irrégularité. C se surprit à songer que c’était un peu dommage. Néanmoins, c’était inévitable. On pouvait comparer ça à une chimiothérapie. Il fallait tuer aussi des cellules saines pour être sûr de tuer les éléments infectés. Un autre moniteur montrait l’état de l’irrégularité, Elle était redescendue en dessous de 2%. Quelque chose clochait. Pourquoi A et B n’avaient ils aucune activité ? C’était comme s’ils attendaient quelque chose. Il allait falloir leur poser des questions à ce sujet…

Repost 0
Published by Space Freak - dans L'erreur
commenter cet article
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 22:23

            Je n’ai aucun moyen de communication vers l’extérieur, mais j’espère que quelqu’un pourra un jour retranscrire ce que je suis en train de penser en ce moment. On l’a menti depuis le début, on m’a montré un cercle et on m’a frappé la tête jusqu’à ce que je dise que c’était un carré. On m’a fait bouffer de la merde et on m’a fait dire que j’aimais ça. Et j’ai même fini par y croire. S’il vous plait, quelqu’un au dessus, entendez moi, entendez mes pensées. Je vais mourir dans quelques secondes…

 

            J’ai tué plein de gens, j’ai été formé pour ça. J’ai même tué mon propre frère pour prouver ma loyauté. J’espère qu’il m’a pardonné car je vais bientôt le rejoindre. Pourquoi doit on me tuer ? Parce que j’ai regardé cet homme ? Ou parce que j’ai pensé aux papillons juste après. Je n’ai jamais vu de papillon en vrai. Je vais mourir sans jamais avoir vu de papillon.

 

            Impossibilité de transmettre, pièce parfaitement isolée. Programme insuffisant pour comprendre les interrogations. Demande transmission prioritaire à l’unité au nouveau code 666. Enregistrement à envoyer : image de foule en train d’être maîtrisée par les borgs Image de ciel bleu, feux d’artifice attentats des irréguliers, affichages dans les rues de la cité des visages des entités code A et B.

Dernières nouvelles : erreur en régression : 9.88%, 9.65%, 8.99%..... Que quelqu’un capte ces informations, s’il vous plait…

 

Une centaine de personnes, cyborgs, borgs en erreur de programmation. Tous ces gens ont été touchés par l’erreur, il faut nettoyer, purifier. Et c’est mon rôle de faire ça. Il faut faire preuve d’un certain détachement pour regarder tous ces gens, ces entités conscientes, en train d’attendre. Ils sont là, serrés, désespérés, mais je ne vois aucun signe de panique. Il y en a qui lèvent les bras vers le ciel. J’aimerais comprendre ce qu’ils pensent à ce moment là. Je ne le saurai jamais, il faut que je me fasse une raison. Je t’ai connu, A, j’ai regardé dans tes yeux, mais contrairement à tout ces gens, et ces machines, moi, je n’y ai rien vu. C’est sans doute pour ça que je ne ressens rien en voyant tout ces gens qui vont bientôt mourir. Les voilà qui lèvent tous les yeux vers le plafond, ils voient la lumière. Bientôt le métal en fusion les submerge. Ils n’auront pour la plupart pas le temps de souffrir. Nous allons pouvoir passer bientôt à la phase 2

 

Repost 0
Published by Space Freak - dans L'erreur
commenter cet article
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 17:16

On va dire que c'est un peu comme un jeu d'échec dans lequel on aurait remplacé l'un des pions par un bâton de dynamite. En l'occurence, le pion en question, c'est A. Toujours dans cette optique,
  moi, j'aurais un peu le rôle du cavalier, sauf que les rêgles seraient un peu modifiées pour moi, tu vois 666 ? _ Monsieur B, votre allégories est pour le moins obscure.
_ C'est parce que tu as encore une vision des choses étriquée. Mais je ne peux pas vraiment t'en vouloir. Tu es un prisonnier à qui on vient à peine d'enseigner le concept de liberté. Comment t'expliquerça d'un point de vue robotique... Imagine. Imagine que le monde soit plan, et bien comment concevoir la troisième dimension ?
 _ Entendez vous par là qu'il existe une autre dimension hors des trois dimensions connues ?
 _ non, j'entends par là que tout le monde croit que le monde est plan, alors qu'il ne l'est pas. Et celà, c'est ce damné ordinateur qui nous l'assène en permanence dans le crâne. Et nous, on est là comme pour montrer qu'un pion sur un écchiquier peut avancer comme une tour s'il le veut. Dans les rêgles ce n'est pas permis, mais dans les faits, rien ne l'empêche.
_ 425 questions se sont ajoutées à la liste, monsieur B.
_ Tu es parfois désespérant, 666, tu sais ? Bon, reprenons. Dans le cas présent, pour revenir à notre image, il existe une personne qui sert d'arbitre, un type qui doit remplacer la dynamite par un pion, le cavalier fou par un vrai, bref qui doit faire respecter les rêgles. Et evidemment, cette personne n'est pas dans tres dossiers, parce que les pièces du jeu d'échec ne voient pas les arbitres. En clair, quand tu m'as décrit le major... Machin chose truc, je t'ai dit que ce n'était pas lui qui nous avait arrêté, lui ce n'était que la pièce manipulée par l'autre, l'arbitre en question. Et ce type, il est de la même génération que nous, il est lui aussi un mutant, mais lui, il est du coté des autres, des ordinnées, alors que nous nous sommes l'erreur... Tu comprend un peu mieux ?
_ Euh... Si tu me permet une remarque, B, moi même je ne comprend pas tellement ton image du jeu d'échec. alors, ce pauvre 666 qui rame depuis un moment, ça doit lui sembler aussi clair que du bitûme ton histoire. _ Ecoute, essaie d'expliquer, toi, à ce robot , qui est monsieur C.
_ Je ne sais pas. Personnellement, je crois qu'il est déjà en train de concocter un plan pour nous remettre dans le freezer, et je ne vois pas comment lui échapper, si nous restons dans la ville, alors que...

  Black-out; La ville est plongée dans la nuit. Nouvel attentat de la part des irréguliers. des dizaines de feux d'artiices se déclenchent à travers la ville. Les deux mutants restent silencieux. Une fois les feux terminés, la seule lumière
  vient des étoiles et des yeux du borg 666.
_ Monsieur A, monsieur B, que se passe-t-il ?
 _ Je ne sais pas, c'est la première fois que les irréguliers font un coup decette envergure, ils ont  vachement bien progressé, les autres.
 _Rapport, irrégularité en auigmentation de 10 %. Analyse, les irréguliers ne sont pas en mesure de contrôler les accès aux sources d'énergie. Il s'agit d'un programme virus qui a ordonné ça; il vient du satellite... Alarme, un programme virus est en train de modifier mon processeur.... Monsieur B, j'ai peur.
 _ Me demande rien, je ne comprend rien moi même. A, tu as une idée de ce qui se passe ?
_ Une petite, mais je ne suis pas sûr. _ Pas sûr de quoi ?
_ Si tu veux mon avis, je crois que nous sommes en train de nous rendre compte que l'échiquier a beaucoup, beaucoup plus que 64 cases...

Repost 0
Published by Space Freak - dans L'erreur
commenter cet article
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 23:01

    Il est là, devant moi, étendant ses ailes comme s’il voulait les refermer sur moi pour m’enlacer, me réchauffer, me rassurer. Je sais qu’il doit s’agir d’un mirage. Je sais que je me trouve dans une capsule spatiale en orbite au dessus de Vénus, alors je décide de me moquer de tout ça, les conventions, la logique, la réalité. Elle a bon dos, la réalité. Elle est laide, elle me montre, moi, comme le dernier survivant dans cette base spatiale envoyée au départ pour faire des expérimentations et des échantillonnages sur la jumelle de la Terre, en vue d’une possible colonisation. Nous étions seize au départ, hommes et femmes. Nous sommes arrivés pleins d’espoir et prêts à la tâche. Mais depuis, les choses ont bien changé. Finies les expéditions courageuses, finies, les heures dans le laboratoire à étudier telle roche, telle forme de vie cellulaire. Tout s’est fini quand nous avons su que nous ne pourrions plus jamais revenir. Les réactions ont été diverses, certains voulaient à tout prix continuer, pour laisser à nos éventuels successeurs un travail fini, d’autres ont cherché sans succès une alternative pour pouvoir quand même rentrer, d’autres ont décidé de sombrer dans la folie, se livrant à des rituels ridicules ou des orgies sexuelles, d’autres enfin, se sont donnés la mort. Et je suis le dernier. Je flotte depuis des jours dans un état semi comateux, me laissant aller, finalement, et puis, tournant la tête vers un hublot, j’ai regardé dans la direction de la Terre. Je ne sais pas ce que j’ai pu voir. Il est ridicule de penser que j’ai pu voir un terrien à cette distance, mais j’ai eu la très nette impression de croiser un regard. Ca a été, comme si une étincelle faisait « pop ! » derrière mes yeux. Et depuis il est apparu. Je ne vois de lui qu’une silhouette noire devant une lumière aveuglante. Il ne dit rien, Il me désigne un hublot, et je vois. Je vois la surface de la planète, et ce qui s’y passe est contraire à toutes les analyses que nous avons faites, mais je m’en moque, j’y crois, je crois à cet ange qui est avec moi, je crois à ces choses que je vois s’envoler depuis la surface de Vénus, je crois à tout ça. Laisser moi croire un peu que tout peut être mieux que ce que j’ai vécu avant…

Repost 0
Published by Space Freak - dans L'erreur
commenter cet article
22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 22:02

            Toujours le même rêve. Je suis en train de regarder un miroir, et il reflète tout ce qu’il y a derrière moi, mais pas moi. Alors je me concentre, je regarde et je m’applique, et les contours se forment, flous, imprécis, mais l’image gagne petit à petit en netteté, et au moment où je peux commencer à apercevoir mes yeux, le rêve se termine ; Il n’est pas obligatoire que je me réveille, parfois le rêve devient autre chose, mais je sens en moi le désir de revenir en arrière. Malheureusement, ce retour, je n’arrive plus à le concevoir, vous savez ce que sont les rêves, non ?

_ Je suis désolé, monsieur A, je ne suis qu’un borg, je n’appréhende pas le concept de rêve, même si je peux vous trouver sa définition précise, son explication scientifique et la majeure partie des interprétations qui en sont faites.

_ Je te remercie, 666, je vois bien que tu cherches à me réconforter.

_ Nullement, monsieur A, je cherche une explication. Il y a quelque chose dans vos interventions qui sollicitent mon processeur central, et depuis mes circuits tournent uniquement pour trouver des réponses aux questions de plus en plus nombreuses, et je n’ai toujours pas trouvé une seule réponse.

_ Et c’est quoi la dernière question en date ?

_ « Quelle est la cohérence entre la question précédente et celle que je me suis posé hier à 14h31 28s ? »

_ Ah, oui, alors comme ça, je te conseille d’éliminer toute question relative à la cohérence entre tes questions, sinon tu n’en sortiras jamais.

_ Ah ! Alors, nous venons d’éliminer 12% des questions.

_ Dis moi la dernière des questions pertinentes.

_ Pourquoi monsieur A m’a-t-il trouvé réconfortant, alors que mon rôle est d’intimider la population ? Mon  aspect physique est celui d’un androïde métallique aux membres allongés, et à la tête inexpressive pour déstabiliser les éventuels interlocuteurs. Et vous, vous me trouvez réconfortant.

_ C’est parce que moi, je ne vois pas l’aspect des choses, ou des gens, enfin, si, je le vois, mais, comme qui dirait, un peu modifié par leur véritable aspect. Et toi, tu as l’air d’un petit enfant perdu, qui n’arrête pas de poser des questions, et qui ne trouve personne pour y répondre

_ 135 nouvelles questions viennent de s’ajouter dans mon registre.

_Désolé, 666, je n’ai pas la prétention de t’apporter des réponses. Au fait, j’espère que tu aimes le surnom qu’on t’a trouvé.

_ Il n’est pas vraiment fonctionnel, et il a déjà été porté par une autre unité. Néanmoins, cette unité a depuis longtemps été démantelée, aussi je ne vois pas d’objection à ce que vous l’utilisiez.

_ Non, ce qu’on voudrait savoir, ce sont tes sentiments à son égard.

_ J’ai du mal à comprendre le concept même de « sentiment, il s’agit de la question n°11.

_ Bon, je vais tenter de ne pas faire surchauffer tes circuits plus longtemps.

  Je m’éloigne un peu, histoire de laisser le pauvre 666 se reposer un peu. La nuit est tombée. Je regarde le ciel étoilé. Je ne comprends pas. Je n’ai pas autant de questions que mon ami borg, mais moi j’aimerais bien savoir pourquoi, alors que je peux voir derrière l’apparence de chacun, je n’ai jamais pu voir derrière la mienne.  Je ne sais pas qui je suis. Je regarde l’étoile du berger, si belle et brillante. Et déjà je vois je vois un astronaute en mission sur Venus qui regarde le ciel en direction de la terre, et qui se demande pourquoi. Le voilà qui se met à regarder autours de lui, qui se pose des questions sur lui-même, sur ce qu’il est en train de faire, sur ceux qui l’ont envoyé là-bas, si loin de ceux qu’il connaît.

            Je n’ai toujours pas compris comment je fais ça.

Repost 0
Published by Space Freak - dans L'erreur
commenter cet article
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 23:04

Les lunettes de cette homme ne glissent jamais sur son nez, à l’inverse de ce qui se produit pour les gens de ce genre. L’homme est de constitution plutôt chétive. Il a un air sûr de lui alors qu’il se concentre sur un des moments les plus importants de la journée : la cérémonie du thé. Sa concentration manque de faillir alors qu’il entend un signal sortant des haut-parleurs de son ordinateur, mais il reprend le dessus et l’infusion n’est pas interrompue par le signal. Précision, ordre, logique, voici les maîtres mots de cet individu. A la seconde où la cérémonie est terminée, il prend son bol et se dirige vers l’engin. S’affalant sur le siège de son bureau, il regarde le message tout en sirotant son thé.

_ Code 23, il manquait plus que ça.

  Il pianota sur son clavier : Demande informations concernant les conditions, les responsables, et la gravité de la situation.

Réponse : Demande non transmise, satellite de communication inaccessible. Dernières informations reçues : Pourquoi suis-je là haut ? Que signifie mon existence ? Quel est le sens de la vie ? Moi qui connais toutes les espèces végétales, pourquoi n’ai-je jamais eu l’expérience de sentir une rose ? …

_ Ah, oui, ça parait assez grave. Recherche base de donnée : analyse des raisons les plus probable d’une telle irrégularité…

Réponse : Tremblement de terre, virus informatique, insurrection des irréguliers, libération du prisonnier A

_ À tous les coups, c’est ça. Arthur et Damien savent gérer les autres situations. Bon, il va falloir que je fasse une nouvelle procédure de capture de l’irrégulier.

Annonce : message reçu via le réseau souterrain, précisions rapport à la situation. Fugitifs A et B accompagné du borg de surveillance CH-666 SSS3V5.222….

 

            _ Je pense que c’est pas vraiment un nom approprié pour un compagnon de voyage, tu ne penses pas, A ?

_ Si tu le dis. Après tout, c’est un Borg, il n’a peut être pas envie de changer de dénomination. Il faudrait peut être lui demander, non ?

_ Analyse de la situation, entités A et B s’enquerrant du désir de votre serviteur Borg ? Etant une entité robotique, je ne suis pas censé avoir de désir.

_ Allons, mon vieux, décrispe toi, on est là pour te sortir du carcan, pour sortir tout le monde du carcan, alors vas-y, pète un câble, trouve toi un nom, fais quelque chose par toi-même, vas-y.

_ Erreur, erreur. Vous brouillez mes circuits, vous me faites témoin du meurtre d’un agent de protection humain, vous mêlez à vos histoires de propagation d’irrégularité, moi qui suis un borg de protection, j’ai toutes les raisons de vous neutraliser, voir de vous neutraliser définitivement, et vous me demandez d’avoir une action qui ne résulterait d’aucun ordre ni d’aucune analyse. Je suis censé faire l’inverse de ce que vous me demandez et…

_ Et depuis qu’on t’a retrouvé, tu nous suit et fais tout ce qu’on te demande.

_ Le problème est encore en cours d’analyse

_ Arrête de le surcharger, B, laissons lui le temps de modifier son programme, une étape après l’autre

_ T’as raison, soyons indulgents, même si le temps presse, ils ne vont pas tarder à le mettre au courant.

_ Qui ça ?

_ L’autre gusse, celui qui nous a capturé la première fois.

_ Rectifications, messieurs A et B. il est déjà au courant

_ Comment tu sais ça, toi ?

_ Interception des messages entrant et sortant…

_ Et qu’as-tu comme autres informations sur le type en question ?

 

Repost 0
Published by Space Freak - dans L'erreur
commenter cet article
16 octobre 2007 2 16 /10 /octobre /2007 23:28

            Bon, reprenons. Je suis actuellement en train de planer à, à peu près, deux mètres du sol. Mon problème est simple, je souhaite atterrir. Je voudrais simplement cesser de voler, mais ça n’est pas possible. La vache en dessous de moi me regarde d’un air compatissant. Je lui demande pourquoi elle tient au sol, elle. Elle me parle gentiment, et m’explique qu’elle en a plus besoin que moi. Derrière moi, un arbre la reprend, lui expliquant, que c’est même vital pour lui. Moi, je suis debout sur un mur et je me prépare à leur répondre, quand un cri se fait entendre. Immédiatement je me réveille. Dans la panique, je me secoue dans mon sac de couchage. La sirène que j’ai prise pour un cri ne s’interrompt pas. J’ai du mal à remettre mes idées en place. Je suis dans une station spatiale, en orbite géostationnaire au dessus de la grande Cité. Péniblement, je parviens à m’extraire de ce sac à sueur, je me contorsionne, prend appui sur les poignées pour ‘élancer vers la console de communication, et enfin, parviens au bouton d’arrêt de l’alarme. Soulagement.

 

            Le message est bref. Enclenchement du code 23. J’obéis sans discuter, Ca ne consiste qu’en quelques boutons à presser. Et voilà comment je gagne les rations qui me sont régulièrement envoyées ainsi que les programmes de divertissement qui meublent ma solitude spatiale. Dans l’espace, il y a des gens qui peuvent m’entendre crier, mais ils s’en foutent. Je décide, tant que j’y suis, de voir où en est la propagation de l’irrégularité. Depuis quelques mois, ça ne bouge pas, 9.25%. On dirait bien qu’ils arrivent à gérer le problème. Je plane jusqu’au hublot. La planète est si belle. M’accorderont ils un jour une permission pour bonne conduite ? J’aimerais tant fouler le sol, sentir mon poids…

 

            Communication prioritaire. Je retourne vers la console de commande. Hein ? Ce n’est pas une communication régulière, un piratage ? Système de sécurité, vite ! Zut ! Trop tard ! Qui c’est celui là ? CH-666 SSS3V5.222. Mais c’est le code d’un borg de sécurité ! Pourquoi cherche-t-il à pirater mon système. Mais bon sang, le système ne réagit même pas à l’agression. Qu’est-ce que ce charabia sur l’écran ? On dirait que la station se pose des questions existentielles ! Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ? Hé, non, la base est en train de faire la pression d’oxygène ! Je n’ai pas trop le choix. Direction le caisson. Je m’y propulse. Vite. Ouverture. Vite, les sangles ! Fermeture. Dépêchons, j’ai déjà du mal à respirer. Ouf ! Il ne reste plus qu’à espérer qu’ils enverront quelqu’un pour me récupérer. Le sommeil cryogénique me prend. Je crois que je vais rêver du sol….

 

            …. Qu’est-ce qui se passe ? Je suis où, là ? Tout est blanc, uniformément blanc. Je n’ai pas l’impression que c’est un rêve

_ Calmez vous, mon ami.

_ Qui êtes vous ?

_ C’est un peu compliqué à expliquer, disons que je remets en cause le concept même d’existence, et que c’est comme ça que je me définis.

_ C’est l’ordinateur, c’est ça ? Il a commencé à délirer façon psychédélique tout à l’heure.

_ Ce n’est pas vraiment faux. On va dire que je lui ai insufflé quelques questions. Maintenant ses processeurs tournent à plein régime pour essayer d’y répondre. Il faut dire qu’il a vu A.

_ A ? Qui c’est, A ?

_ Je dirais qu’il est mon outil pour augmenter un peu le bordel ambiant.

_ Mais bon sang , qui êtes vous ?

_ Je suis une rumeur, un mythe, un bruit dans le vent, tout ce que vous voudrez. Je ne suis même pas sûr d'exister. Je suis la poussière dans l'oeil qui vous sort de votre rêverie, je suis cette demi-seconde pendant laquelle l'écran de votre ordinateur est flou. Je suis une erreur de statistique, un petit point noir dans la blanche perfection de votre monde… Mais je m’égare. Appelez moi Bob, ce sera plus simple.

_ Ok Bob, c’est quoi la suite du programme ?

_ En ce moment, vos êtes dans un délire virtuel de l’ordinateur, délire dont je tiens les commande, grâce à l’intervention d’un borg de surveillance corrompu, électroniquement parlant. Et cette station satellite va m’aider dans ma quête. Je pense que je devrai vous donner quelques petites informations supplémentaires, avant de vous plonger dans le bain, monsieur l’astronaute. A, B, le borg, l’irrégularité, des trucs comme ça. Rassurez vous, j’ai des projets pour vous, de grands projets. Mais avant toute chose, je dois vous expliquer ce qu’était le code 23 que vous avez déclenché, là…

Repost 0
Published by Space Freak - dans L'erreur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Space Freak
  • Le blog de Space Freak
  • : Je crois que je sais écrire de la science fiction
  • Contact

Recherche