Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 08:36
Voici, pour illustrer les aventures de notre amie Lucie, le dessin promis par mon ami ZOU, dont je vous recommande de visiter le site.


Repost 0
Published by Space Freak - dans Lucie
commenter cet article
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 11:15
Et voici, et voilà, la dernière partie des aventures de Lucie.
Néanmoins, suite aux remarques de mademoiselle Kejik, je ne vais peut être pas abandonner Lucie après ça, à savoir que je vais peu être remanier le texte pour lui donner un peu plus de fluidité dans les transitions, et puis pourquoi ne pas imaginer d'autres aventures pour la charmante demoiselle au nounours (moi, j'aime bien les nounours). Donc, ce texte est une fin, mais ça reste à suivre...

Lucie et les monstres

 

            Et j’ai enfin compris que ce qui m’assourdissait, ce n’était pas les hurlements de ces morts, mais le silence pesant qui leur était imposé par ceux qui, non seulement avaient initié ces morts, mais maintenant s’évertuent à les faire oublier.

 

            Les doigts se croisent et se décroisent à rythme régulier. L’homme à qui appartiennent ces doigts est en train de regarder alternativement un médecin, un ingénieur et un écran. Les deux hommes ont un air vaguement confiant, Sur l’écran, est projeté une scène curieuse : une jeune femme portant un pyjama gris utilise une console de commande. Ses gestes n’ont pas l’air assurés. Souvent elle tourne la tête vers sa gauche, comme si elle parlait à quelqu’un et sur le bras droit de son fauteuil trône un vieil ours en peluche.

  L’homme décroise une dernière fois ses doigts et chaque main vient s’abattre sur son coude opposé. Ayant les bras ainsi croisés, l’homme se redresse légèrement pour mettre en valeur ses décorations et ses galons. Son regard se durcit :

_ Messieurs, j’attends quelques explications.

  L’espace d’une seconde, ses deux interlocuteurs se concertent du regard. Le médecin a un léger mouvement du menton. L’ingénieur se lance alors.

_ Mon général, le problème à résoudre était celui de la base-relai Synchron V. Cette base est située dans un secteur important pour les communications et les transports spatiaux, que ce soit de personnes de troupes ou de …

_ Abrégez, voulez-vous ? Je suis au courant de l’importance de cette zone. Je veux savoir ce que cette cinglée fait dans ma base !

_ J’y viens. Vous n’êtes pas sans savoir que le secteur en question a été, il y a de cela près de vingt ans, le théâtre de la bataille dite des étoiles rouges. Les forces de la coalition ayant envoyé toutes leur flotte contre l’Imperium, lequel a répliqué de la même manière. Les morts se comptant en millions, des croiseurs de type Z ayant même été détruits.

_ Oui, et alors ? Où voulez vous en venir ?

_ A ceci : depuis cette bataille, un phénomène encore inexpliqué s’est produit. Il se traduit par des cauchemars lors de voyages en hyper sommeil passant par ce secteur, ce qui en soit n’est pas grave, mais surtout par des troubles mentaux des personnes qui y restent. Ces troubles mentaux ont abouti aux tristes évènements survenus un mois après l’arrivée de la première équipe sur cette base-relai. Pour reprendre vos termes, mon général, ce fut une boucherie. Depuis, nous avons envoyé une équipe d’investigation, il ne leur a pas fallu plus d’une semaine pour se massacrer les uns les autres. Nous n’avons pu analyser clairement le phénomène, et n’avons pu aboutir qu’à des suppositions.

  L’ingénieur s’interrompt, s’attendant à être coupé, mais le général reste muet. D’un geste de la main, ce dernier l’invite à poursuivre.

_ Voilà, nous pensons que des phénomènes, probablement électriques ou magnétiques, sont à l’origine de la situation. Ils occasionnent aux gens qui restent trop longtemps des délires et des visions qui finissent par les déstabiliser complètement. Le tout aboutissant aux massacres dont je viens de vous parler.

 

L’ingénieur s’arrête, et invite d’un geste son collègue à prendre la parole.

_ Mon collègue a travaillé sur une solution pour assurer le fonctionnement de cette base-relai. L’avantage étant que celle-ci était, pour la majeure partie des tâches, complètement automatisée. La présence humaine est quand même nécessaire pour la maintenance spécifique. Il fallait au moins une personne dans cette base pour y veiller. C’est alors que j’ai proposé cette idée, qui, certes, peut paraître incongrue, mais qui se révèle finalement efficace. En gros, l’idée est la suivante. Puisque l’on devient fou en restant dans cette station, pourquoi ne pas envoyer une personne déjà mentalement atteinte.

  Il désigne l’écran. On y voyait la jeune fille, toujours sur son fauteuil, en train de serrer sa peluche dans ses bras.

_ Je vous présente Lucie Peyne. C’est un sujet d’expérimentation intéressant. Cette jeune femme a souffert d’être séparé de ses parents trop tôt. Elle a intériorisé sa souffrance pendant de longues années, et elle a fini par subir des sévices sexuels… je vous passe les détails.

_ Je vous remercie de rester bref, dit le général en avertissement.

_ Elle a fini par créer son propre monde dans lequel elle a toujours 10 ans et son lien avec le monde réel est un personnage imaginaire, un homme nommé Karl, un genre de domestique qui la sert en tout. Le docteur Frederik, son médecin traitant, avait réussi à la soigner, grâce à un traitement à base d’hypnose et de médicaments. J’ai du réquisitionner la jeune femme pour raison d’état. Son médecin s’y est opposé, et nous avons du nous en occuper… Je vous passe les détails. Nous avons ensuite réorienté sa thérapie, en faisant de nouvelles séances d’hypnose, tout en arrêtant progressivement les médicaments, de manière à augmenter sa psychose pour nous permettre d’atteindre notre but. L’idée étant d’opposer aux délires affectant tous les occupants de la base-relai une psychose déjà installée.

_ Si j’ai bien compris, elle ne peut pas devenir encore plus folle car elle l’est déjà. C’est bien, mais en quoi peut elle faire marcher ma base ?

_ Grâce à l’hypnose, monsieur. Nous lui avons appris tout ce qu’elle doit savoir concernant cette station, et, en dehors de son état mental, elle sait faire preuve d’analyse et de résoudre la plupart des problèmes. Mon collègue vous le confirmera, grâce à cette personne, nous pouvons faire fonctionner cette station plusieurs années.

_ Et après ?

_ Après nous n’aurons qu’à trouver des personnes avec cette même pathologie pour continuer, nous pourrons même si besoin est la générer sur des sujets qui n’existent pas officiellement. Il reste quelques tests à effectuer, pour voir si Lucie est vraiment bien adaptée à son nouvel environnement, mais l’opération semble être un succès.

_ Bien messieurs. Je compte sur vous pour permettre le bon fonctionnement de cette base-relai. Je veillerai à la non prolifération de cette information. Bonne journée, et vive l’imperium !

_ Vive l’imperium ! Disent en chœur les deux hommes en se levant….

 

 

            Au loin, dans une petite base spatiale, une petite fille appuie sur des boutons en suivant les conseils de son ami Karl. Autours d’elle, des hommes et des femmes la regardent. Certains ont un teint gris, d’autres une tâche de sang sur leurs vêtements, certains n’ont plus que la moitié de leur tête, quand ce n’est pas un ou plusieurs membres qui leur manque. Ils la regardent tous, sans colère, mais avec compassion. Ils n’ont pas de raison d’essayer de l’effrayer. Elle est comme eux, le fantôme d’une guerre qu’elle n’a pas voulue.


Repost 0
Published by Space Freak - dans Lucie
commenter cet article
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 07:58
Suite et avant-dernier chapitre des aventures de notre nouvelle amie Lucie:

Lucie et les morts

C’est seulement lorsqu’ils se furent tu que je me suis rendu compte de leurs cris. Le silence déchirant de ces morts me hantait hier et me hante encore aujourd’hui

 

_Et là, on est où ?

_ Il s’agit du bureau du commandant, c’est là qu’étaient prises toutes les décisions en cas de problèmes graves.

_ C’est joli ici, Karl, Je peux m’installer ?

_ Je vous le déconseille. Vous pourrez revenir ici quand vous voudrez, mais il y a de meilleurs endroits pour jouer. Les chambres se trouvent plus loin.

_ Comment sais tu tout ça, Karl ? Nous ne sommes jamais venus là auparavant.

_ Le docteur m’a donné tous les plans de cet endroit, ainsi que des consignes détaillées.

_ Pourquoi tu dis tout le temps ça ? Le docteur m’a toujours dit que tu n’étais pas réel. Il ne peut pas t’avoir parlé

_ Vous ne l’avez pas écouté attentivement, Lucie. Il a dit que je n’étais pas une personne physique, pas que je n’existais pas.

_ S’il te plait, Karl, je voudrais rester seule un instant.

            Le majordome se retire silencieusement. Lucie est de nouveau seule, et adulte. Dans sa main, Rodolphe le regarde de ses yeux en boutons de chemise. Délicatement, elle le pose sur le bureau du capitaine. Elle en fait le tour et s’assoit sur le confortable fauteuil. Elle avise un tiroir à moitié ouvert, en sort une bouteille et un verre et se sert un whisky.

_ Posez ça ! Une voix forte se fait entendre. Le fauteuil semble soudain trop grand pour Lucie, qui de surprise, lâche le verre.

Un homme est apparu à coté d’elle. Grand, massif, vêtu d’un uniforme, il la regarde sévèrement.

_ Ne touchez pas à cette bouteille, d’accord ? J’ai moi-même empoisonné ce whisky pour en finir avec ces voix qui courent dans cet endroit. Il faut partir, d’ici, vous entendez ? Partir ! Des gens sont morts ici, beaucoup de gens ! Et vous allez mourir aussi si vous restez.

_ Pourquoi vous criez si fort, monsieur ?

  L’homme semble ne pas l’avoir entendu. Son teint vire au rouge vif

_ Vous ne savez pas ce que c’est que de vivre dans cette station, vous ne savez pas ce qui s’est passé ! Vous ne savez rien, rien du tout !

_ Mademoiselle Lucie ? Cet homme vous dérange ?

_ Non, il est rigolo. On dirait qu’il veut me faire peur.

  Karl regarde l’homme d’un air hautain, et celui-ci s’arrête de parler. Il a l’air surpris, il se met à bouger et à remuer les lèvres, mais plus aucun son n’émane de lui. Lucie se lève, récupère Rodolphe et sort du bureau, fermant bien la porte derrière elle. Karl la précède.

_ Et si nous allions voir la salle des machines ? Demande-t-il

_ Ca ne doit pas être joli

_ Ca peut être intéressant. Venez, c’est par là.

 

            La pièce est immense, avec des murs tapissés de boutons et écrans de contrôle.

_ Comment ça marche tout ça, Karl ?

_ C’est automatisé, ne vous inquiétez pas, mademoiselle.

_ Et ça, c’est quoi ?

            Au centre de la pièce, se trouve un gigantesque cylindre de métal, avec une petite lucarne.

_ Il s’agit de la chambre de combustion, regardez à l’intérieur, le verre est teinté, vous ne serez pas aveuglée.

  A peine Lucie a-t-elle levé les yeux vers la lucarne d’où vient une lumière encore forte, qu’une main se pose sur la vitre en question depuis l’intérieur du cylindre. Et soudain, des formes lumineuses rougeoyantes et translucides s’extirpent du cylindre, par dizaines. Ils semblent glisser à travers le métal. Sitôt sortis du cylindre, ils volent à travers la pièce, sans se croiser. Lucie est émerveillée. L’une de ces formes se dirige vers elle, s’écrase sur le sol telle une masse de gélatine lumineuse pour se relever, se reformer, et prendre la forme d’un squelette en flamme.

_ Je m’appelle Terry, dit le squelette. Je n’étais rien d’autre qu’un petit machiniste sur le croiseur de combat Correllius. Quand il a été évacué, on m’a enfermé dans la salle des machine, et condamné à brûler. Pourquoi ai-je du souffrir autant, Pourquoi, pouvez vous me dire pourquoi ?

_ Non, dit Lucie, je ne le peux pas.

  La mâchoire du squelette en flamme continue de bouger, mais Lucie ne l’entend plus. Elle continue de le regarder, puis elle regarde à nouveau les autres spectres qui volent à travers la gigantesque salle des machines, et tout s’arrête d’un coup. Karl invite la jeune fille à sortir. Elle se promet de revenir plus tard.

 

            Le couloir est jonché de cadavres, Lucie marche précautionneusement pour n’écraser personne. Certains sont en train de tousser en crachant du sang.

_ On ne devrait pas leur donner du sirop pour la toux ? Demande Lucie

_ Il ne s’agit pas d’une toux ordinaire, dit Karl, ces gens ont été empoisonné par un missile à gaz qui a percé la coque de leur vaisseau.

_ Les pauvres, soupire Lucie.

Elle continue d’éviter les cadavres jusqu’à la salle suivante. Avant d’entrer, elle se retourne ; les cadavres ont disparus

_ voici la cantine. Vous n’aurez qu’à demander à la machine votre plat, et celui-ci se préparera immédiatement et automatiquement.

_ Pourquoi il y a encore des gens morts, Karl ?

_ Cette cantine ressemble beaucoup à celle d’un vaisseau qui s’est fait abordé et dans lequel il y a eu des affrontements violents.

_ Oh, chouette, il y a encore une place de libre. Il y a en effet encore une chaise inoccupée  entre deux cadavres. A peine s’est elle assise que les morts disparaissent

_ Mais comment font ils ça ? c’est des magiciens ?

_ Vous vous en sortez très bien, mademoiselle. Est-ce que vous aimez cet endroit ?

_ C’est étrange, Karl, c’est comme si des tas de gens avaient été très malheureux ici et autours.

_ Oui, mais vous, êtes vous malheureuse ?

_ Non, j’ai toute cette station pour moi toute seule, et puis j’ai Rodolphe, et puis tu es là, Karl.

  Karl a l’air compatissant. Il hoche la tête doucement en parlant presque à regret. « Tous se passe très bien »

 

            La dernière porte s’ouvre sur une pièce sombre. Lucie s’avance et la porte derrière elle se ferme automatiquement. Toute la lumière vient des étoiles qui brillent dehors.

_ On a l’impression de flotter dans l’espace, c’est magnifique.

_ Il faudrait peut être allumer, mademoiselle, vous pourriez trébucher

_ Lumière ! Voilà. Je suppose qu’il s’agit de la principale salle de contrôle.

  Lucie se voit nouveau en jeune femme. Elle regarde Karl avec tristesse.

_ Je comprends maintenant pourquoi tu sais tant de choses, je les sais moi-même, j’ai compris pourquoi je suis ici. C’est à cause de tous ces morts, c’est ça ?

_ C’est exact, mademoiselle Lucie

_ Laissez moi un instant, s’il vous plait Karl.

  Lucie est seule. Devant elle se trouve un fauteuil qui fait face à un pupitre de commande. Elle y met Rodolphe. Puis elle se dirige vers la baie vitrée. Posant sa main sur la vitre, elle voit son vrai visage, pour la dernière fois lui semble-t-elle. Si tout cela n’était pas arrivé, elle aurait pu être… Mieux vaut ne pas y penser. La petite fille se dirige vers le fauteuil. Il est un peu grand pour elle, mais il est très confortable. Les bras sont assez larges pour y installer son ours en peluche. Les boutons clignotent. Sur l’écran des ordres apparaissent.

_ Karl, s’il te plait, que veulent dire toutes ces choses ?

_ Je vais vous expliquer ce qu’il faut faire…

_ Tu seras toujours là pour moi, Karl ?

_ Oui, mademoiselle, toujours…

Repost 0
Published by Space Freak - dans Lucie
commenter cet article
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 08:00
Le récit suivant, est dédicacé à mon ami Zou, qui m'a demandé une histoire avec un personnage féminin, ainsi qu'à mademoiselle Kejik, dont l'aide m'a été précieuse lors de mes moments de panne d'inspiration, et qui m'a demandé une histoire sur la folie.

Lucie et le vide

 

            J’ai vu les gens hurler tout autours de moi, j’ai vu leurs visages déformés par la douleur, ce devait être assourdissant, mais je n’entendais rien…

 

            Lucie se réveilla. La première chose qu’elle vit fut le plafond bleu-gris de la petite pièce. Elle ne savait pas où elle était, mais elle savait dans quoi elle était. « Pourquoi m’ont-ils envoyée dans l’espace ? » Ses lèvres formèrent les mots, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Il fallait un petit moment pour retrouver l’usage de la parole après un sommeil cryogénique. Elle se leva, essaya de rassembler ses souvenirs. Quelle était la dernière chose…

… Le docteur Frederik. Il lui avait donné ses médicaments comme tous les soirs, avec une petite pilule en plus, pour l’aider à mieux dormir, lui avait il dit. Et elle était là. La pièce, située à l’intérieur d’une capsule spatiale, n’avait qu’un petit hublot donnant sur un sas non éclairé. Elle y vit son visage, celui d’une jeune femme de 25 ans aux cheveux en bataille. Elle y vit aussi sa nudité. D’un réflexe, elle mit sa main devant sa poitrine et son autre main entre ses jambes, avant de se rendre compte qu’elle n’avait personne à qui cacher quoi que ce soit. Elle se détendit. Au coin de la pièce, se trouvait un uniforme beige. Elle l’examina un moment, il lui plaisait, il lui rappelait ce pyjama qu’elle portait il y a longtemps, lorsque tout allait bien, et qu’elle vivait à la maison, avec Papa et Maman.

_ Bonjour, Mademoiselle Lucie

  La voix était masculine, chaude et rassurante. Lucie reconnut l’homme en face d’Elle. Elle savait qu’il n’était pas réel.

_ C’est vous Karl ?

_ Bien sûr, mademoiselle, toujours à votre service.

_ Non, Karl, ce n’est pas bien, vous n’êtes pas vrai, vous êtes une image dans ma tête, vous êtes une voix qui n’est pas réelle.

_ Je n’ai jamais prétendu le contraire, mademoiselle Lucie.

_ Il faut que je prenne mes médicaments, une fois que j’aurais pris mes médicaments, tout ira mieux.

_ Il n’y a pas de médicament ici, mademoiselle.

  Lucie resta interloquée devant cette vision. Karl était un homme habillé en majordome. La quarantaine, il avait les tempes grisonnantes et un air affable, le genre de personne qu’on jugerait incapable du moindre mal.

_ Pourquoi, dit Lucie. Pourquoi suis-je ici ? Où suis-je d’ailleurs ? Où est le docteur ?

_ Si vous me le permettez, mademoiselle, mettez d’abord vos vêtements, vous allez prendre froid.

_ Je veux bien, Karl, mais ils sont trop grands. Ce sont des vêtements d’adultes, je suis trop petite.

_ Mais non, voyons, ils ont été taillés pour vous, laissez moi vous aider.

  Le majordome prit la main de Lucie dans la sienne. Lucie vit sa main. Elle était devenue petite et menue, elle avait de nouveau dix ans, et Karl l’aidait à enfiler son pyjama. « Non, se dit elle, je n’ai pas dix ans, je suis seule dans une capsule spatiale, en train de parler à mon ami imaginaire » L’espace d’un instant, elle se retrouva dans son corps d’adulte, en train d’enfiler un uniforme qui était parfaitement à sa taille, toute seule

_ Lucie, s’il vous plait !

  Comme brutalement, Karl fut de nouveau devant elle, et elle avait de nouveau 10 ans. En effet, le pyjama lui allait parfaitement

_ C’est vrai, mademoiselle, vous êtes seule et adulte, mais est-ce vraiment ce que vous voulez croire ?

_ Je ne veux pas être seule, Karl, s’il vous plait.

_ Je ne vous quitte plus, mademoiselle. Nous allons bientôt arriver.

_ Arriver où, Karl ?

_ Le docteur Frederik m’a tout expliqué, ne vous inquiétez pas.

  Un signal sonore se fit entendre à l’intérieur de la capsule. Lucie prit peur. Karl se déplaça pour se trouver à coté de la capsule d’hibernation.

_ Venez ici, mademoiselle

_ J’ai peur Karl, je ne sais pas ce qui se passe

_ Il se passe simplement que nous arrivons, mademoiselle, regardez dans votre caisson.

  Karl montra un bouton.

_ Appuyez dessus, dit il simplement.

  Lucie s’exécuta. Un compartiment s’ouvrit. A l’intérieur…

_ Rodolphe ! Cria Lucie, transportée de joie de retrouver son nounours. Elle prit dans ses bras la peluche brune et usée, mais tenant encore en un seul morceau et commença à la câliner.

_ Nous y voici.

  La porte du sas était ouverte. La capsule s’était arrimée à un bâtiment. Il faisait noir à l’intérieur. Lucie serrait convulsivement sa peluche dans son bras gauche et tendit sa main vers Karl, qui la lui prit avec douceur.

_ Venez, mademoiselle, nous sommes arrivés chez nous.

_ Chez nous ? Vraiment ?

_ Oui. Ne vous inquiétez pas, je vous l’ai dit, le docteur m’a tout expliqué.

_ Je ne veux pas y aller, il fait noir.

_ Vous n’avez qu’à crier « Lumière » et tout s’éclairera.

  Lucie passa le sas et fit un pas à l’intérieur de la base spatiale. Elle cria « Lumière » et les capteurs envoyèrent immédiatement l’ordre d’allumer les lumières du hall principal d’accueil de la base-relai Synchron V. Après plus de 10 années de solitude, cette base avait retrouvé un occupant… 


Repost 0
Published by Space Freak - dans Lucie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Space Freak
  • Le blog de Space Freak
  • : Je crois que je sais écrire de la science fiction
  • Contact

Recherche