Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 août 2007 7 26 /08 /août /2007 00:07
Le petit vaisseau était en vol stationnaire au dessus de l'ile. La porte latérale s'ouvrit et deux hommes regardèrent vers l'extérieur. Imperator et wonderboy considéraient gravement le sol de cette ile pierreuse. Elle commençait à bouger. Les pierres se transformaient pour prendre forme et devenir des créatures vaguement humanoïdes taillées pour le combat. Wonderboy était en tee-shirt rouge, pantalon et baskets. A sa ceinture, il avait attaché les fourreaux de ses mitrailleuses-épées.

_ Alors ? Demanda-t-il.

_ J'ai recu une communication de Relka Kapec N, mon contact avec Lambda Prime. Ils arrivent.

_ Ils arrivent quand ?

_ Ils pourraient déjà être là, mais je leur ai demandé un peu de temps. C'est à nous de commencer le nettoyage, non ?

  Wonderboy sourit. La folie des deux junkies était la même. Il était temps de commencer. Il sauta.

 

            Il atterrit au milieu des monstres. Ceux-ci le considérèrent un instant sans agir, avant de tous se jeter sur lui. C'était trop tard, il avait déjà commencé. Dose 2, les monstres ne voyaient rien, perdaient un membre sans voir ce qui l'avait coupé. les balles les transperçaient, et ils n'y pouvaient rien. En une minute, presque tous les monstres furent tranchés ou criblés de balles. Tous sauf deux. De curieux tentacules de pierre surgirent du sol pour s'enrouler autours des jambes des créatures. Celles-ci se mirent à hurler pendant que leurs corps changeaient rapidement. La première enfla  et grandit, jusqu'à faire le triple de sa taille initiale. L'autre créature, vit ses membres antérieurs s'allonger, de même que ses griffes, qui devinrent aussi longues que des sabres. Wonderboy souriait. Rangeant ses sabres dans leurs fourreaux, il en détacha d'un geste les canons de mitrailleuse. La première créature, libérée des tentacules, avança vers lui en ouvrant grand une gueule aux crocs menaçants. Wonderboys lança les canons, qui lui arrivèrent au fond du gosier; La créature eut à peine le temps de s'étrangler que les canons explosèrent. Ce faut au tour de l'autre. Elle avança en fauchant l'air de ses nouvelles griffes. Le space freak dégaina, évita la première patte, puis la seconde. La bête revint à la charge. Ses griffes rencontrèrent les lames croisées de son adversaire. La bête chargea de nouveau, manquant à chaque fois de peu sa cible. Enragée, elle insista. Wonderboy paraissait moins à l'aise, il manqua de se faire décapiter, se releva, para de justesse.

_ Thomas!

  Wonderboy regarda Imperator, qui l'avait interpellé.

_ Abrèges, Thomas, on n'a pas toute l'année.

_ D'accord, David.

  La créature chargea de nouveau. Elle n'eut pas le temps d'abattre ses griffes que sa tête s'était détachée de son corps. Ce corps qui tomba avec bruit sur le sol. En même temps que ce corps tombait, Imperator toucha le sol. Les deux space freaks firent face à leurs adversaires respectifs: la masse gélatineuse noire et informe, et le corps de major Ryan, noir comme du charbon, occupé par l'esprit de la planète Kasel-Riga et contrôlé par la forme noire.

_ Tu peux me prêter une de tes épées, Thomas ?

_ Volontiers, David.

Wonderboy tendit une de ses épées à Imperator. D'un geste rapide, ce dernier se trancha les veines du poignet.

_ Qu'est-ce que tu fais ?

_ Ne t'en fais pas, je contrôle la situation.

  Wonderboy regarda son ami dans les yeux. Imperator, qui serrait son poignet pour éviter de perdre trop vite son sang, souriait. Il n'ajouta rien. Wonderboy se dirigea vers son père, et Imperator, vers son sombre adversaire.

Repost 0
Published by Space Freak - dans planet Blues
commenter cet article
23 août 2007 4 23 /08 /août /2007 23:02
            Le corps tomba comme une pierre dans l'immense océan. Nullement gêné par sa chute, Kasel-Riga nagea rapidement vers la berge d'une ile de pierre. Emergeant, il marcha quelques pas avant de se mettre à rougeoyer de tout son corps comme de la lave. L'eau se vaporisa laissant un homme-planète sec et prêt au combat. Baissant les yeux vers le sol, il vit un objet curieux pour cet endroit. Il se baissa et ramassa l'objet en question. C'était un ours en peluche. Le major Ryan eut soudain un flash du passé. Il vit son petit Thomas pleurer, puis retrouver le sourire lorsque son père lui tendit son ours. Le souvenir s'effaça, comme une fumée balayée par le vent. Les réflexes du militaire combinés aux capacités de la planète reprirent le dessus. Devant lui, se dressait une forme imposant quoiqu'imprécise. Cela ressemblait à une gelée couleur d'encre en mouvement. Kasel-Riga mit la peluche dans une des poches intérieure de son blouson et se mit en garde.

_ Soit le bienvenue en mon antre, Kasel-Riga!!! La voix venait de partout à la fois. Il ne nous reste plus qu'à fusionner, et rien en cet univers ne me résistera.

  L'homme-planète ne répondit pas. Il n'avait aucun avertissement à donner, aucune sommation à faire, il fallait attaquer, et détruire.

  Du poing, il frappa le sol. Celui-ci s'ouvrit en une crevasse qui s'élargit rapide, trop rapidement pour que la forme noire puisse s'en écarter. Elle tomba. Se relevant, Kasel-Riga écarta les bras avant de les rapprocher en un claquement de main sonore. Le sol obéit à cet ordre et la crevasse se ferma. Trop simple, se dit Ryan, et les évènements ne tardèrent pas à lui donner raison. En effet, la substance noire se mit à suinter du sol et commença à se rassembler. Mettant un genou à terre, Kasel-Riga mit ses deux mains sur le sol qui commença à chauffer, puis à devenir incandescent. Les flaques de forme noire se mirent à sauter comme de grosses balles de caoutchouc rebondissant. Toutes mues par une volonté unique, elles sautèrent en l'air pour fusionner. Se ramassant sur lui-même, Kasel-Riga sauta vers son ennemi pour lui administrer un coup de poing chargé de la colère combinée du soldat et de l'entité planétaire. Un bras surgit de la masse noire pour parer le coup. En un instant, la masse noire informe se transforma en un double sombre de son adversaire. Les deux humanoïdes se posèrent en même temps sur le sol de l'ile. Sans hésiter, Kasel-Riga fonça de nouveau. L'autre para de nouveau, ce coup et tous les coups suivants. Soudain, dans sa main, se forma une lame qui se dirigea vers le cœur de son adversaire. La lame atteignit son but, mais ne s'enfonça pas. Kasel-Riga avait eu le temps de condenser son corps pour le rendre plus dur que la pierre. Avec un sourire, il attrapa la tête noire de son alter-égo, sur laquelle il projeta son crâne. Le choc eut le bruit d'une bombe, et la forme noire fut projetée plusieurs mètre en arrière. Se relevant lentement, il n'eut pas le temps de se protéger contre les deux pieds de son adversaire, dont le choc le traina sur le sol pendant encore quelques mètres. Kasel-Riga empoigna son ennemi, le souleva au dessus de lui pour le lancer dans l'eau. Le corps noir qui heurta l'eau paraissait sans vie.

Calmement, Kasel-Riga-Ryan se dirigea vers la forme noire pour l'achever. A peine eut il fait quelques pas dans l'eau que la forme noire, jusqu'ici flottant entre deux eaux, se liquéfia pour se répandre dans tout l'océan. En un instant l'océan entier fut noir. Kasel-Riga comprit trop tard le piège. Au lieu de la peur, ce fut la colère qui le submergea. D'une rage impuissante, il frappa les flots qui n'offrirent que la résistance de l'eau. Alors il vit ses mains se teinter de noir. Le noir se répandit sur son corps, et sa haine augmenta, quasiment au point de l'étouffer. Kasel-Riga fut aveuglé soudain par une haine sans but. Levant une tête devenue couleur ébène, il hurla de colère vers le ciel sombre de la croute planétaire de Beldine. Seul, enfoui au plus profond de lui, une étincelle de conscience restait en la personne du major Ryan, qui venait enfin de comprendre la raison de cet échec: La haine enfouie dans la forme noire était plus de cent fois plus grande que la sienne, à tel point qu'il se nourrissait de la haine des autres.

Savourant cette victoire, la forme noire se mit à penser à Lambda Prime. Patience se dit il à lui-même. Quand cet univers sera mien, celui de Prime suivra aisément…

Repost 0
Published by Space Freak - dans planet Blues
commenter cet article
22 juillet 2007 7 22 /07 /juillet /2007 12:22
    La main posée sur le sol, il sentait la détresse de son homologue qui avait de plus en plus de mal à résister à l'infiltration sournoise de cette entité sombre. Ryan-Kasel-Riga se prépara à entrer dans les entrailles de Beldine pour en extirper cet intrus. Il releva la tête. Quelqu'un approchait. L'hélicoptère le posa à l'horizon. L'instant d'après, il était là. Ryan se releva. Qui avait pu croire qu'un seul individu avait le pouvoir de lui résister ? Il en aurait bien ri, si la situation le lui avait permis. Les intentions de l'individu semblaient claires. Ses épées dont les pommeaux se terminaient en canon de mitrailleuses luisaient dans la lumière du coucher de soleil. 
_ Je n'ai pas le temps, dit simplement l'homme-planète.
_ Va dire ça aux veuves des soldats que tu as tués, répondit Wonderboy.
La confrontation était inévitable, Ryan se mit en position de combat. L'homme masqué disparut de son champ de vision, et Ryan sentit son bras droit se détacher de son corps. L'homme était rapide, très rapide. Sans qu'il ait eu le temps de réagir, le bras gauche suivit, puis les jambes. Le tronc de l'homme-planète tomba sur le sol. Wonderboy réapparut soudainement devant lui, la pointe de son épée au niveau de sa gorge. un sourire mauvais aux lèvres. un coup au niveau du visage l'envoya rouler sur le coté. sa formidable vitese lui avait permis de parer le coup suffisamment pour ne pas être trop blessé. Ryan se relva, ses nouveaux membres avaient surgi de la terre avant de se rattacher à lui. Wonderboy comprit qu'il avait sous-estimé son adversaire. Un peu sonné, il fit de nouveau face à son adversaire, et fonça. Ryan para les coups, son adversaire était rapide, très rapide, mais pas trop rapide. De loin, la scène évoquait un homme luttant contre la brume. Bien campé sur ses deux jambes, Ryan parait et encaissait sans se déparer de son expression neutre. Il se défendait sans porter de coup, attendant l'erreur de son adversaire, la trouva , et frappa. Suffisamment fort pour sonner sans tuer. Agrippant le col de Wonderboy, il arracha le masque de celui-ci. Ryan voulait voir le visage de son adversaire. 
    _ Thomas, mon fils ? C'est toi ?
Profitant de la surprise de sonadversaire, Wonderboy lui déchargea en pleine face le contenu de ses chargeurs de balles explosives, puis, réussissant à s'arracher à l'étreinte de son adversaire, il s'enfuit au loin.
    Kasel-riga remodela le visage du colonel Ryan sur le corps déchiqueté par les impacts de balles. il eut de nouveau l'air impeccable. Ainsi le fils du colonel Ryan était toujours vivant, et tranformé en arme de guerre. Il devait le revoir. la personnalité de l'homme-planète se trouva divisée. Le colonel Ryan voulait suivre son fils, mais la planète lui intima l'ordre de partir s'occuper de la forme noire. Impuissant, Ryan vit ses pieds s'enfoncer dans le sol. Il se promit de revenir.

    Wonderboy courait, tel flash, le héro dont il avait lu les exploits dans sa jeunesse. Il courait vers la base, il lui fallait panser ses blessures, et avoir des explications. Dans le vent, ses larmes s'envolaient et s'éparpillaient en minuscules goutelettes. Il lui fallait comprendre. Dans sa course, il murmura pour lui-même:
_ Papa...
Repost 0
Published by Space Freak - dans planet Blues
commenter cet article
20 juillet 2007 5 20 /07 /juillet /2007 22:56
Les soldats parcourent la zone sécurisée.  le sol est jonché de leurs camarades  et des créatures difformes, assemblage de corps  maigres et d'immenses griffes et dents. Un homme se penche sur l'un de ces cadavres. Il dit n'y rien comprendre. Tout le monde présent est aux aguets. Les créatures peuvent surgir du sol à n'importe quel moment. Tous, les troupes à pied, les tanks, les hélicoptères, et même les engins spatiaux en orbite autours de Beldine regardent vers son sol pour y voir du mouvement. Et c'est du ciel que surgit cette météorite. Le vaisseau qu'elle traverse ne la ralentit même pas. Il explose silencieusement dans l'espace. un message avertit les soldats au sol, un peu tard. La météorite s'écrase sur le sol avec fracas et bruit. Une explosion suivie d'un brasier remplit l'air de fumée. Les soldats se replient vers la périphérie de la zone. Peu ont vu l'homme qui est sorti en marchant du brasier. Ses yeux sont de lave, ses poings serrés évoquent la pierre. Certains radars ont vu cet homme se mettre en position de combat. 
  L'homme, si on peut l'appeler ainsi, a prit  son temps. Il agissait  avec des gestes en apparence lents. Sans que le soldat s'en rende compte, sa tête se retrouvait entre les mains de l'homme, qui prit son temps pour lui broyer le crâne, indifférent aux balles qui ricochaient contre lui. Un missile fonça sur lui. Il se retrouva maitrisé par sa cible, avant d'être envoyé contre son lanceur. Avec un calme apparent, il mit ses mains sur un tank, et celui ci prit la température et l'apparence de la lave en fusion. Des pierres furent soulevées sans effort apparent de l'homme, et furent envoyés sur les engins volant avec une vitesse telle qu'ils ne purent les éviter.

Il ne lui fallut que dix minutes pour détruire les hommes et les machines. Il n'avait pas dit un mot . Parcourant le  terrain, il vit un soldat qui rampait . Il le rattrappa. L'hoimme était effrayés. La peur et la douleur le faisaient pleurer.
"Pourquoi ? " Demanda-t-il.
L'homme planète le prit par le col, approcha son visage du sien et lui dit calmement.: "J'ai moi même posé cette question tellement de fois. Pourquoi vous battez vous et pourquoi tuez vous même ceux qui n'ont rien à faire dans vos guerres ?"
  Il abattit le soldat vers le sol tellement fort que le corps de celui-ci s'enfonca dans la terre et fut recouvert. La planète connue sous le nom de Kasel-Riga, dans le corps du colonel Ryan, se dirigea vers le sud. Il y avait des villes là-bas, peuplées d'autres humains à tuer.
Repost 0
Published by Space Freak - dans planet Blues
commenter cet article
4 juillet 2007 3 04 /07 /juillet /2007 21:54
Un matin comme un autre pour Eva. Il est temps de s'habiller, un rapide café, elle a juste le temps de laisser un baiser sur la joue de Bertrand qui dort encore. C'est alors que ça commence. Elle a a peine le temps de voir le corps de Bertrand empalé sur la stalagmite de pierre qu'elle est projetée contre un mur par le bras d'une créature difforme et puissante. 

C'était censé être le plus beau jour de sa vie, Mike attendait , le coeur batttant , qu'André vienne lme rejoindre, et ensemble, ils se seraient enfuis sur la surface de cette magnifique planète qu'est Beldine. André n'est jamais venu. D'autres sont venus.Des créatures à la peau orangée et écailleuse, aux orbites vide et aux griffes acérées. elles l'entourent, elles attaquent. Mike n'a que le temps de dire le nom de celui qu'il aime. 

Cassidy s'est levé avec la certitude qu'il allait mourir ce jour là. Marchant dans la rue, il ne voit personne, et espère presque avoir eu tort. Mais il sait qu'il na pas tort. Il n'a jamais eu tort. Son psy a appelé ça le syndrome de Cassandre. savoir l'avenir et être condamné à ne jamais être cru. Les créatures surgissent du sol, brisant le bitume et le béton. Les gens hurlent dans toute la ville, mais pas Cassidy. Le monstre en face de lui a l'air d'un grand gorille orangé et écailleux. Il lui sourit; Lui il le croit, quand il lui dit que c'est son dernier jour. 

Fuir à toute vitesse, à travers les rues de la ville. Il faut fuir vers l'astroport, en évitant ces monstres aux formes diverses qui surgissent du sol. On apporche, ne vous en faites pas les enfants, papa ne va pas vous laisser tomber aux mains de ces monstres. ATTENTION!!!...

Le calme règne depuis le matin. Pas un bruit ne vient déranger le havre. Tous les space freaks sont tranquilles. Ils réservent leurs forces, car ils vont en avoir besoin. Personne ne leur a rien dit, mais pourtant ils savent. Wonderboy s'est mis volontairement à l'écart. Il sait que ceux qui viendront le chercher ne sont pas  les responsables de Transstar, mais les militaires. Tous les space freaks sont réquisitionnés pour l'évacuation des civils de la planète Beldine. Juste au moment opime, ils sont prêts à sortir. Les responsables n'ont pas le temps de les appeler, ils sont déjà sortis et prêts à embarquer. 

Resté seul dans la pièce, Wonderboy attend le moment où le général va entrer. Il regarde ses mains. Elles ont déjà tué tant de gens, et maintenant, elles vont servir à tuer ces choses... il lève les yeux et voit le visage sévère du général. Il se lève et le suit. Aucune question, le général n'aime pas les questions...
Repost 0
Published by Space Freak - dans planet Blues
commenter cet article
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 20:34
J'ai hébergé tant de belles choses. j'ai réussi à mettre en place tant de symbioses entre tous les être, animaux ou végétaux, que j'ai hébergés.  Je n'ai été qu'amour et beauté.  Et puis ils sont arrivés. Ils se nommaient humains, ils m'ont nommé position stratégique, et ils ont commencé à tout détruire. Pendant deux de mes révolution autours de mon étoile, les flammes, les tirs et le bruit n'ont pas cessé. Tout a été détruit, toute la vie que j'avais hébergée a été brulée. Il m'avait fallu tant de temps et de patience, et tout a été détruit en si peu de temps. La destruction est si rapide et si facile. Malgré tout ce qu'ils ont fait, tpout ce qu'ils m'ont pris, ils m'ont appris deux choses, et la première a été la destruction. Lors de la deuxième révolution, plus d'un milliard de ces humains est mort , et la majorité n'était pas mort lors des combats, mais de ma seule volonté. Encore aujourd'hui, bien des humains  parlent de la guerre de  Kasel-Riga comme de la plus meurtrière qui ait jamais eu lieu. Bien des gens parmi eux garderont en tête les horribles images des affrontements, mais aussi de la colère de cette planète qu'ils ont déclaré comme la leur. Tous garderont aussi l'image de cette planète qui a brulé un mois entier suite au déclenchement de cette bombe terminale. les derniers parmi le camp perdant avaient préféré faire tout bruler plutôt que de laisser cette planète aux mains de l'adversaire. Ainsi, après avoir tout détruit, ils m'ont privé de l'espoir de recommencer un jour. Laissant ma surface à jamais radioactive. Je me suis endormi dans la tristesse, déserté enfin par ces semeurs de flamme...

    J'entend ton appel, Beldine. Je t'avais fait part de mes souffrances, je t'avais prévenu  de ne jamais leur faire confiance. Je ne resterai pas sourd à ton appel. Je tiens à leur rendre leur deuxième cadeau, ce qu'ils appellent la haine. Je n'ai pas à chercher bien loin pour retrouver la carcasse d'un des leurs. Je me souviens. Celui ci a résisté longtemps avant de succomber, c'était une de leur machine de guerre les mieux entrainées. Ici, il y a son crâne, et plus loin, ses autres os, calcinés, brisés. Ils suffiront. j'ai gardé mon pouvoir de création. C'est un jeu pour moi de recréer les os, la chair, les organes. J'apporte quelques changements. Ceux qui l'ont entrainé seraient impressionés de voir l'arme qu'il devient; Une arme créée par une planète de haine et de destruction. Le pouvoir d'une planète. Le voilà recréé. La plaque de métal qu'il portait autours du cou lui donne le nom de major Ryan. J'écarte cette plaque sans signification pour moi. Vous le connaitrez bientôt sous le nom de Kasel-Riga. la planète à qui vous avez appris à haïr. Le voici reconstitué entièrement, je lui ai même rendu ses vêtements. Il a encore les yeux fermés, il dort encore ignorant de la deuxième vie qui lui a été donnée. Je l'enveloppe dans une gangue de pierre avant de le propulser dans l'espace en ta direction, Beldine. Un voyage à une vitesse à laquelle aucun humain ne pourrait résister, mais ce n'est plus un humain, maintenant... 
Repost 0
Published by Space Freak - dans planet Blues
commenter cet article
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 20:14
La chose se mouvait à la surface des eaux claires, telle une tache d'huile sur l'océan. Curieusement, alors que la lumière du soleil était absente, une curieuse et omniprésente lumière dont l'origine était incertaine permettait à la forme encore non reconstituée de voir. L'océan s'étendait à perte de vue. Seule une petite il brisait la monotonie du paysage. L'entité s'en approcha. L'ile enquestion n'était rien de plus qu'un simple rocher qui sortait de l'eau. La roche était d'un uniforme orange-gris. Mais ce qui frappait, c'était la personne assise tranquillement sur ce rocher. c'était un petit garçon. Il ne devait pas avoir plus de six ans. Dans ses bras, il tenait un ours en peluche. Il regardait en l'air, attentif. L'entite voulut établir le contact. Elle commença à se rassembler en une forme plus compacte. L'enfant baissa le regard un instant, nullement effrayé, puis il leva de nouveau les yeux vers un ciel uniformément noir. Il parla:

_ Il est en colère. je suppose que vous le savez. Non ? C'est curieux.Il est en colère à cause de vous. 

L'entite avait fini de se reformer. Elle s'extirpa de l'eau et fit face à l'enfant.  Celui ci  baissa de nouveau les yeux pour lui faire face.

_ Au fait, bonjour, monsieur. Moi, je m'appelle Kriss, et lui, il s'appelle Norbert. Et vous, comment vous appelez vous ?

  L'entité s'était à présent entièrement reconstituée...
Repost 0
Published by Space Freak - dans planet Blues
commenter cet article
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 19:37
Je suis un,et indivisible. Je suis le tout, mais je ne suis rien dans l'univers. Je suis le macroscopique, si grand pour certains, et si petits pour d'autres. Oui, je suis une planète. Je dors, je rêve et j'attends. Mes rêves me font voir l'espace, là où se trouvent mes frères, Comme moi ils rêvent et attendent. et de nos rêves nous viennent la connaissance. 

   Des millions de cycles de connaissance, sur nous, sur ceux qui parcourrent le vide comme nous. Particulièrement, en ce qui me concerne, ceux qui s'appellent les hommes. Il y a quelques cycles, ils se sont posé sur ma surface, ont voulu la déclarer leur et ont voulu creuser. Je leur ai alors fait connaitre qui j'étais et que je ne pouvais tolérer cet affront. De ma surface ont jailli des millions d'êtres voués au combat. Oui, j'ai le don de créer. Il y a eu des combats, il y a eu des morts. J'ai senti la mort de ces êtres, et j'ai été curieux. 

   Et puis, un jour, un très jeune des leurs m'a parlé. J'avais fini par comprendre leurs mots et je l'ai entendu. De ses mots simples a surgi la paix. Nous avons conclu un pacte. Ils pourraient fouler mon sol, mais ne chercheraient pas à creuser ni à pénétrer en moi. Je leur ai seulement accorder un conduit pour leurs eaux usées, mais celles ci ne devraient pas toucher mes océans. Je n'ai eu qu'un désir. J'ai voulu qu'ils creusent pour mettre en moi la dépouillede celui grâce à qui nous avons eu la paix. Et depuis, nous vivons en paix, tant qu'ils respectent le pacte. je rêve et partage les connaissances des hommes...

Qu'est-ce que celà. Un être se trouve dans leurs égouts. Il est en dessous de la surface. Cet être a transgressé les termes. Alors le pacte est rompu. réveillez vous, mes frères, et reprenez le combat contre les hommes. Soyez généré sur ma surface, êtres de destruction, le pacte a été rompu. Sachez, oh, humains, que cette planète que vous nommez Beldine est réveillée, et que d'autres suivront... 

La guerre va recommencer.
Repost 0
Published by Space Freak - dans planet Blues
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Space Freak
  • Le blog de Space Freak
  • : Je crois que je sais écrire de la science fiction
  • Contact

Recherche