Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 08:00
Voici l'oeuvre de mon ami Zou (dont je vous recommande le site) qui a pu personnifier avec brio le personnage du space freak, en couleur
admirez
Repost 0
Published by Space Freak - dans Space freaks
commenter cet article
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 21:30
_ Ah, te voilà, toi!
_ Salut, l'albinos, Heureux de te voir, aussi
_ Excuse moi de ne pas avoir le goût de la plaisanterie, mais là, je commençais vraiment à m'impatienter!
_ Quoi, qu'est-ce qu'il y a ?
_ T'as vu ton blog, récemment ?
_ Oui, d'accord, ça fait un petit moment que j'y ai pas touché, mais on va pas en faire un maladie pour autant, non ?
_ Un petit moment ? Ca fait au moins trois semaine, les copains et moi on croyait que tu étais mort, bon sang, une inquiétude comme ça, ça devrait être interdit!
_ Bon, bon, on se calme, j'ai ramené du monde, on voudrait rester un peu pour se reposer, okay ?
_ Salut, Wonderboy!
_Salut, à toi, l'albi. je restye pas, je fais le plein et je raccompagne mon père chez lui. On se retrouve au point de rendez-vous, hein, David ?
_ Pas de problème, conduis prudemment
_ Bonjour, les garçons
_ Bonsoir, Marylin.
_ Non, Albinos, elle s'appelle Norma Jane, maintenant.
_ Ouais, comme tu voudras, mais j'aimerais bien qu'on reprenne un peu où on en était. Tu pourrais me dire ce qui s'est passé , ces derniers mois. On en a entendu parler, de l'erreur, de tes nouvelles à 2 balles et à 300 signes, mais toi ?
_ Oh, j'ai réussis à vaincre l'entité noire, j'ai voyagé, j'ai visité des dimensions, des trucs quoi...
_ tu pourrais raconter...
_ J'ai besoin de la console, je vais mettre à jour pour les dernières infos... Relka, tu arriverais à te connecter à l'ordi ?
  Allumage de l'ordi. Une tête de robot apparait sur l'écran.
_ Pas de problème, monsieur David, comme vous le voyez...
_ Bon, il est temps de mettre à jour. Tu peux écrire sous ma dictée ?
_ je peux même écrire à la vitesse où vous pensez.
_ Ca ne sera pas nécessaire. Commençons là où nous avions laissé
Repost 0
Published by Space Freak - dans Space freaks
commenter cet article
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 23:11

            Il faudra encore patienter un ou deux jours pour voir la fin des aventures de nos amis space freaks et autres. Aussi je vous propose un petit texte pour patienter.

 

J’ai toujours vu le vaisseau volant et évitant les comètes et météorites comme un dauphin nageant dans l’océan. Je suis un Space Freak. Je m’appelle Dollon. Je suis le premier de la cinquième génération. Je peux tenir quinze ans avant de succomber aux accélérations de la drogue. Je plonge dans les galaxies, je me baigne dans la voie lactée, je nage entre les étoiles. Tous ces gens qui sont tranquillement en train de regarder un paysage qui défile trop vite à travers leur hublot ne me connaissent pas. Ils préfèrent oublier quel est mon rôle. Certains arrivent presque à oublier que j’existe. Je ne suis pour eux qu’une partie du vaisseau, une pièce comme un écran ou un boulon. Je ne leur en veux pas. Après tout, ils ne me voient jamais, et je leur rends cette politesse. C’est plutôt la compagnie Inter Galaxie qui leur rend, après tout, je suis sa propriété. Je ne suis pas humain, je ne suis qu’un clone génétiquement modifié. Nous avons tellement changé depuis les premiers « space freaks ». Ce genre de pensée m’occupe pendant que je vole. Nous avons évolué, et nous avons gagné des capacités que n’avaient pas les autres. Des capacités que nous gardons cachées, de peur qu’elles soient à leur tour exploitées par les compagnies. Nous sommes de plus en plus nombreux. L’espace exploré s’élargit, et les vaisseaux sont de plus en plus nombreux, et il en va de même de leurs pilotes. Un jour j’ai entendu dans l’espace que les hommes se propageaient dans l’espace comme les cellules d’un cancer. Je crois que c’était une pensée semée dans l’espace par Imperator. Il m’arrive de cueillir des pensées semées par mes semblables dans l’espace.

            Mais là, c’est différent. Cette pensée ne traîne pas dans l’espace, elle tend à s’épanouir. C’est un message très simple. Réveillez-vous, réveillez vous tous. Il ne m’est pas adressé, mais il va vers les planètes, vers toutes les planètes. « Réveillez-vous, a dit Beldine. Il est temps de nous faire entendre, de nous faire respecter. Réveillez-vous, a dit kasel-Riga. Un combat se joue entre une forme noire et nous, entre une entité de haine, deux planètes et des clones d’humain. Il est temps de nous montrer, il est temps de nous révéler. »

            Les humains n’entendent rien de ces appels, mais bientôt ils les entendront, ou plutôt, ils verront leurs effets. Moi et mes frères, nous pouvons les entendre, et nous allons les propager. Nous serons les messagers et vous serez les monarques, nous somes tous des vaisseaux. Les humains croient nous contrôler, alors qu’ils ne peuvent rien sans nous. Réveillez vous, planètes, entités, réveillez vous, nous nous réveillerons avec vous…

Repost 0
Published by Space Freak - dans Space freaks
commenter cet article
5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 00:00

            De nouveau, le quai de gare, de nouveau, cette sensation indéfinissable d'avoir toujours connu ce lieu. Le space freak Imperator est de nouveau perdu dans ce monde intérieur, le monde de ses rêves. Devant lui, sur un des sièges du quai, est assis son double, ou plutôt son original.

_ Bonjour, imperator, à ce que je vois tu as l'air en forme

_ Façon de parler, David, je suis actuellement en train de mourir lentement d'un coup de couteau dans le ventre, et d'un poignet tranché.

_ C'était une façon de parler. Bonjour à vous aussi, monsieur Kapec

_ Salutations, monsieur Imperator, premier du nom

_ Appelle moi David, comme tout le monde, je ne suis plus Imperator, ce fardeau est maintenant celui de cet homme que tu accompagnes.

  David se leva. Il se dirigea vers son troisième clone. Il lui mit la main sur l'épaule.

_ Cessons les plaisanteries, mon ami. L'heure est aux choix cruciaux. Plusieurs chemins s'offrent à toi. Tu peux choisir de devenir l'ambassadeur de Lambda Prime, tu peux choisir de revenir à Transstar, tu peux choisir de devenir un fugitif, ou encore, tu peux choisir la mort.

_ Tu parles d'un choix. Pour ma part, il n'y a pas tellement de choix.

_ Détrompe toi, mon ami, chacun de ces choix a ses avantages et ses inconvénients. et qui sait vers où ils te mèneront. Après tout, qui peut dire de quoi demain sera fait ? Dans un univers comme dans l'autre.

_ Où veux-tu en venir, vieil homme ?

_ Je te dois des excuses. Lors de notre dernière rencontre, je t'ai un peu forcé la main. Mais ce n'est pas à moi de prendre les décisions pour toi. Tu as beau avoir mon code génétique, tu n'es pas moi. Alors je t'annonce quels sont les prochains trains, mais pas celui dans lequel tu dois monter.

_ Je comprends, vieil homme. Je suppose que toi, tu aurais aimé prendre un autre train, il y a de cela des années, n'est-ce pas ?

_ Ca va bientôt faire trente ans que je suis mort, et je ne sais toujours pas quel est la décision qui m'a fait prendre le mauvais train.

_ Et toi, Relka, tu me conseillerais quelle décision ?

_ Je suis un robot, mes décisions sont du genre binaire, c'est 0 ou 1. Et personnellement, je n'ai pas de préférence entre les deux.

  Imperator le quatrième s'éloigna un peu, en direction de la bordure du quai. Il réfléchit un bref moment, et puis un train vint s'arrêter devant lui. La porte s'ouvrit, il monta. Relka Kapec le suivit. Avant que la porte se referme, Imperator fit de nouveau face à son double.

_ On se reverra vieil homme ?

_ J'ai tout mon temps ici. Prend bien soin de Thomas.

La porte se referma, séparant les deux hommes. Le train partit, emmenant le space freak vers le réveil…

Repost 0
Published by Space Freak - dans Space freaks
commenter cet article
27 août 2007 1 27 /08 /août /2007 16:00

Le Space Freak Imperator se tenait droit devant son adversaire, une masse gélatineuse noire, haute de deux fois sa taille. Il tenait serré son poignet droit, dont les veines tranchées laissaient goutter un peu de sang.

_ Enfin nous voici face à face, Space Freak Imperator, le nouveau petit chouchou de sa majesté Lambda Prime. Et vous êtes là, vous aussi, Relka Kapec. Ce sera avec une joie sans mélange que je vais vous tuer tous les deux.

  La forme gélatineuse évolua, rapetissa, se précisa pour devenir le double sombre du space freak en face de lui. Dans sa main, son couteau, chant noir.

_ Es tu prêt ?

  Relâchant la pression de son poignet blessé, Imperator laissa ses bras retomber le long de son corps. Le sang qui lui coula le long de sa main ne tomba par sur le sol mais forma une boule rouge sur celle-ci. Cette masse de sang changea de forme pour devenir un couteau rouge, semblable en forme à celui que tenait son adversaire.

_ Je suis prêt, dit Imperator.

  Forme noire se mit à courir, sa lame en retrait. Arrivant sur sa cible, il lui planta la lame dans le ventre. Imperator ne résista pas. Il accusa le coup un moment avant de planter sa propre lame dans le coté de son adversaire. Les deux adversaires se figèrent instantanément.

 

Imperator sentit des effluves de haine pure qui l'envahissaient. Il ne chercha pas à les contenir, mais les laissa passer. La haine envers l'univers entier, il connaissait ça, il l'avait vécue. Le lointain souvenir de la première dose de l'Imperator original lui revint en mémoire. Il avait vu les vaisseaux spatiaux former un réseau complexe en perpétuelle expansion et devenir un cancer rongeant la galaxie.  Oui, il avait haï l'univers entier, mais il en était revenu. Il voulait comprendre.

 

Qui est tu, Forme noire ? Qu'es-tu ?

 

            La forme noire ne comprit pas. Ca ne se passait pas comme prévu. Rejetant la question de son adversaire, il vit soudain déferler en lui une multitude de vies

_ Je m'appelle David, mais on me connaît sous le nom d'Imperator. J'ai gâché ma vie en laissant tout tomber, et je me suis retrouvé junkie conducteur de vaisseaux spatiaux.

_ Je m'appelle thomas, mais on m'appelle Wonderboy. J'ai perdu mon père sur Kasel-Riga, et ma mère dans un accident un an après. J'ai vécu de petits boulots et de sales combines pendant un moment, avant de me faire engager de force par la compagnie Transstar et les forces de protection interstellaires en même temps. Je suis devenu un monstre à force de drogues et de combat…

_ Je m'appelle Hector, mais on m'appelle L'albinos. Je n'ai ni les cheveux blancs, ni les yeux rouges, mais je n'aime quand même pas passer trop près des soleils lorsque je vole. J'ai cru qu'être pilote, c'était un métier comme un autre avant de me comprendre la vérité. J'étais comptable avant…

_ Je suis Bill, mais on m'appelle Jax. J'ai fait une énorme bêtise quand ma petite amie m'a plaqué. Je me suis saoulé à mort et je me suis réveillé le lendemain engagé par Transstar. Cela fait plusieurs vies que je me mens à moi-même. Mais maintenant, je regarde la vérité en face. C'était à moi de changer si j'avais voulu vraiment la garder.

_ Moi, c'est Fred, mais aussi Bullett. J'ai tué des gens, des malhonnêtes comme des gens biens. On m'a arrêté, condamné, et donné le choix: la mort ou Transstar. Ca fait plusieurs réincarnations que je me dis que j'aurais du choisir la mort.

_ Je suis né dans un laboratoire, un projet humain, du nom de Speed. Je n'ai jamais eu d'autres noms. J'avais et j'ai toujours de grandes lacunes émotionnelles et mémorielles, je ne trouve refuge que pendant le vol. Moi, comme les autre, je ressens cette impression de puissance lorsque la drogue ralentit l'univers autours de moi et que je me retrouve à voguer entre les planètes, les étoiles, les géantes gazeuses… Nous sommes tous des space freaks, et ni moi ni aucun autre ne portons l'humanité dans note cœur, mais nous ne voulons pas voir cet univers détruit. Nous ne voyons pas que la laideur, mais aussi tout ce que nous pouvons améliorer.

 

            Forme noire regarda Imperator dans les yeux

_ Qu'est-ce que tu cherche à faire ?

_ Je veux juste te montrer…

            "NON!" La voix de Kasel-Riga vibra dans l'air

_ Le couteau… Comment as-tu fais ?

_ J'ai un peu de toi dans les veines, tu ne te rappelles pas ? M'écouteras-tu ?

 

  Le mangeur d'âme repoussa violemment Imperator qui se retrouva allongé de tous son long en face de lui.

 

_ C'EST INUTILE!!!

  Le visage d'Imperator sur la forme noire traduisait la rage.

_ Tu ne réussiras pas à m'apitoyer avec tes stratagèmes ridicules, Space Freak, pauvre petit junkie.

  En face de lui, couché sur le dos, Imperator perdait son sang de son entaille au poignet et d'une profonde blessure au ventre. Il respirait de plus en plus difficilement. Il trouva quand même la force de s'appuyer sur ses coudes pour regarder son adversaire.

_ Je ne voulais pas t'apitoyer, mangeur d'âme, j'ai essayé de te sauver.

Retombant par terre, il regarda au dessus de lui. Il repensa à Norma Jane.

_ Relka Kapec, contacte d'urgence Lambda Prime, je sais que tu y arriveras. Dis lui que pour son intervention, c'est maintenant ou jamais…

Repost 0
Published by Space Freak - dans Space freaks
commenter cet article
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 22:56

            Wonderboy somnolait. Cela n'avait pas fait longtemps qu'il s'était réveillé, mais les évènements qui s'étaient précipités l'avaient rapidement fatigué. Il devait en outre se reposer avant ce qui les attendait. Norma lui caressa le visage, avec la douceur d'une mère caressant son enfant. Imperator détacha de ses poignets les bracelets de commande qui tombèrent sur le plancher du vaisseau. S'étirant, il informa l'équipage.

_ J'ai mis le vaisseau en pilote automatique. Nous allons graviter autours de Beldine en attendant des infos de la part de Lambda Prime. Relka Kapec me fait savoir que pour l'instant, c'est le silence radio. Alors on attend.

            Il s'interrompit en voyant Norma Jane en train de cajoler Wonderboy. Il s'approcha d'elle. Se penchant sur elle, il lui dit

_ Je crois que je ne t'ai pas remerciée.

_ Remerciée, pourquoi ?

_ Parce que tu as été là pour moi lorsque je me suis réveillé. Tu n'as pas fait que… me câliner, mais tu ne m'as pas laissé seul après ce réveil. Je te suis redevable

_ Ce n'est rien Imperator. Je te devais ça, non ?

_ Appelle moi David. Je n'aime plus tellement ce nom d'"Imperator" Je trouve ça pompeux. En outre, tu ne me dois rien. Certes, tu existe grâce à moi, qui ai pu programmer la boite de pandore pour te créer, toi et l'autre, celui qui est resté là-bas, mais à part ça, je t'ai emmené de force dans une guerre à laquelle tu ne comprends rien, entre des planètes vivantes, une armée butée et une forme noire aux pouvoirs encore mal définis. C'est joyeux, n'est-ce pas ?

_ Tu m'as laissé choisir mon nom, et pour ça, je pourrais te suivre jusqu'en enfer.

_ Tu suivrais un clone bourré de drogue ?

_ Je suis moi-même un clone, et puis moi aussi, pendant un moment, j'ai été bourrée de drogue. Tu te crois dépravé, comparé à moi, mais moi, j'ai avalé des pilules comme des enfants avalent des bonbons, et souvent, mes petits déjeuners se réduisaient à un verre de champagne, ou de vodka. Je crois qu'on pourrait aussi me définir comme une Space Freak, non ?

_ Les femmes ne supportent pas l'accélérateur, c'est pour ça qu'il n'y a que des hommes parmi les space freaks. Tu te rends compte de ce vers quoi nous nous dirigeons ?

_ J'aimerais plutôt imaginer ce qui va arriver après.

_ Il ne vaudrait mieux pas. Nous avons peu de chance de…

_ Vous y arriverez. J'ai confiance en vous.

            Imperator se prépara à répondre quand la radio du vaisseau sonna.

_ Space Freak Imperator, ici le général Starck. Je vous conseille de vous rendre. Votre situation n'est guère brillante. Tous nos canons sont braqués vers vous et attendent mon ordre. Vous pilotez un vaisseau volé à l'armée et avez kidnappé une arme secrète des forces armées unies. Vous êtes en outre une propriété de la compagnie Transstar, ce qui vous interdit toute décision indépendante. La reddition me semble votre seule option.

_ Général, ici Imperator. Laissez moi à présent vous exposer quelle est votre situation à vous: Vous êtes en train de lutter contre une planète vivante, et toute votre armée ne suffit pas à maîtriser ne serait-ce qu'un dixième de cette entité. De plus, une entité, qui a l'apparence, l'expérience et la mémoire du major Ryan, le héro de Kasel-Riga, mais la force d'un titan, est venue lui prêter main forte. Actuellement, la planète est en cours d'évacuation, mais ce que vous ne savez pas, c'est que toutes les planètes sont susceptibles de se réveiller, et si cette crise devient universelle, personne ne s'en sortira. Actuellement, il n'y a que le space freak Wonderboy et moi qui sommes capable d'arrêter cette situation.

_ Voici la plus pathétique tentative de bluff que j'ai jamais entendue. Rendez vous, ou sinon…

_ Comme vous le voudrez, général, nous y allons

_ Vous ne pouvez pas partir de cette planète, nous y avons veillé.

_ Je n'ai pas l'intention d'en partir

 

            Imperator se dirige vers le pupitre de commande, étend les bras. Les bracelets bondissent sur lui et s'attachent à ses poignets

_ Accroche toi, Norma.

            Dose un de drogue. Arrêt du pilotage automatique, on verra la trajectoire au pifomètre, Imperator a l'habitude. Rapprochement de la surface de la planète, pénétration dans l'atmosphère, visualisation de la faille dans l'écorce planétaire, entrée dans la planète.

            Les canons ont tiré sur le vaisseau, mais aucun ne l'a touche. Ils ont pris trop de temps pour recalculer les vecteurs de la cible. Ils étaient préparés à l'empêcher de s'éloigner de la planète, à la base…

 

Repost 0
Published by Space Freak - dans Space freaks
commenter cet article
9 août 2007 4 09 /08 /août /2007 22:30

Même nu sur un lit d'hôpital militaire, Wonderboy porte toujours sa montre. C'est une caractéristique des Space Freaks. Ils ont en permanence, implantée dans le bras, une réserve de drogue dont le débit est réglé par le bracelet montre qu'ils portent. Ils le portent donc en permanence. Debout, Wonderboy s'est débarrassé des appareils accélérateurs de cicatrisation. Il est suffisamment rétabli pour le moment. Il embarque d'autres de ces appareils pour la suite des évènements. Du bruit dans le couloir. Il n'était pas censé débrancher ses appareils. Les hommes qui arrivent sont armés, mais ce ne sont pas des space freaks. Il tape sur le clavier de sa montre. Dose un. Le temps ralentit. Il se précipite vers la siortie de sa chambre. Les soldats courent vers lui. Ils sont lent comme si l'air était de la gelée. Il passe à travers avec un minimum de contact, ce qui suffira à en assomer quelques uns. Dans sa perception de la réalité, ils ne sont pas encore inconscients. Il connait par coeur la configuration du vaisseau dans lequel il évolue. Il ne lui faut pas beaucoup de temps avant de trouver son vestiaire. Ses armes l'attendent. Il n'a besoin que de ça. Ca et la drogue. Les docteurs ont rechargé sa réserve de bras, tout va bien. Il court tranquillement, sans stresser. Tout est à son avantage. Voici le hangar. Un vaisseau vient d'accoster. Imperator a toujours été du genre ponctuel. Le voilà qui émerge du sas avec une jolie clonette de Marylin. Ils ont besoin d'un autre vaisseau, un vaisseau qui pourrait entrer à l'intérieur de la planète autours de laquelle le vaisseau-hôpital gravite. Wonderboy sourit. ce genre de vaisseau se trouve dans le hangar, pas loin.

_ Tiens, mais n'est-ce pas Imperator ? Heureux de vous revoir, quant à vous, Thomas, vous feriez mieux de retourner dans votre chambre.

Le colonel. Il n'était pas prévu. Il sort de l'ombre et se pose entre les deux space freaks. Il n'est pas armé, mais arbore un air supérieur.

_ Nous partons, colonel, et je ne vois pas en quoi vous pourriez nous en empêcher.

  Une violente douleur se met à vriller le crâne de Wonderboy. Un cri lui échappe. Il s'écroule, terrassé par la douleur, incapable de se contôler. Le colonel sourit. Dans sa main, une petite télécommande qu'il pointe vers Wonderboy.

_ Voici un petit cadeau de la part de Transstar, pour vous convaincre de m'obéir. Vos petits implants de pilotages ont aussi cette fonction. Ca vaut aussi pour vous, Imperator. 

  Le colonel pointe sa télécommande vers imperator, qui ne cille pas. Celui ci porte sa main à sa montre. Dose minime. Imperator voir le temps ralentir un peu. Foncant vers le colonel, il a le temps de voir la stupéfaction s'imprimer sur le visage de son adversaire. En un instant, il a désarmé le colonel et lui a envoyé un coup qui le projette par terre. Puis il rejoint Wonderboy, qui commence à remprendre ses esprits. La télécommande tombe par terre et il l'écrase du talon. Les deux space freaks toisent du regard le militaire à présent désarmé. 
_ Comment avez vous fait ? fait celui-ci
_ Disons que j'ai changé d'employeur.
Le colonel n'a pas le temps d'en placer une autre, Won,derboy l'étale d'un savant coup. 
_ Ca me démangeait depuis longtemps, dit il. 
_ tu viens, Norma ? Demande Imperator. 

Le vaisseau est devant eux. Il 'est pas bien grand, mais est suffisamment agile pour ce dont ils ont besoin. Imperator et Norma jane aident Wonderboy à monter. Il a encore un peu mal. Norma l'aide à s'asseoir dans un des fauteuils passagers. Il prend l'un des accélérateurs de cicatrisation et se le colle sur le bras. Imperator est en train de se sangler à la console de commande. 
_ David, comment t'as fait pour avoir le colonel ? 
_ J'ai eu un remplacement d'implant, je t'expliquerai. 

Les commandes répondent au space freak. Il es temps de partir.

Repost 0
Published by Space Freak - dans Space freaks
commenter cet article
24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 20:09

_ Assied toi, mon garçon.

_ Je préfère rester debout

_ Moi, j’ai besoin de m’asseoir.

_ Excuse-moi, j’interviens. Wonderboy, tu fais partie de mon imagination ? Parce que sinon, que fais tu dans mon rêve ?

_ Je suis actuellement en train d’être opéré par des médecins militaires, ça te va comme raison ?

_ Bon, dit Imperator 1, on peut y aller ?

            Ton père était un officier dans l’armée interstellaire ; On ne peut pas dire qu’il était parmi les meilleurs, vu qu’il était le meilleur. Je me rappelle que tu m’en avais parlé comme d’une pure machine de guerre. Et nous avons vérifié sur l’hypernet, il était pire que ça. Ca ne l’a pas empêché de mourir, sur Kasel-Riga. Il a fallu une planète entière pour en venir à bout. Tu n’aimais pas trop en parler, à part ça.

_ Comment il peut être mort ? Je viens de le voir.

_ Et alors, le Thomas Ryan original est bien mort, lui aussi.

_ Il a lui aussi été cloné ?

_ En quelque sorte, c’est Kasel-Riga qui l’a recréé. Il n’est plus totalement lui-même. Je commence un peu à m’y connaître en planète-entité. Tu dois comprendre, mon garçon, que toi seul as une infime chance de le raisonner. C’est comme toi, mon clone ; Il n’y a que toi qui aies une chance à parler à cette forme noire. Parce que d’un point de vue physique, vous n’avez ni l’un ni l’autre aucune chance contre ces deux choses. Même avant qu’il ne soit boosté par une planète, tu aurais eu du mal contre lui.  

_ C’est bien gentil, tout ça, mais comment tout va se terminer ?

_ Je ne sais pas, mes enfants. Moi, je ne connais que le passé.

 

            Un train s’arrête sur le quai. David, le premier Space Freak Imperator se lève et entre dans le wagon place juste en face de lui. Les trois personnes restantes le regardent partir. C’est alors que Wonderboy remarque mon compagnon.

_ Imperator, c’est quoi ce truc ? C’était pas lui qui nous avait laissé la boite dans sa cellule ?

_ Bien le bonjour, Space Freak Wonderboy. Je suis en effet Relka Kapec premier du nom.

_ Le moins qu’on puisse dire, c’est que vous avez été discret pendant la dernière heure.

_ Je me contente d’emmagasiner des informations, Space Freak Imperator. Je reste une machine à apprendre très sophistiquée, même réduit à une personnalité dans une puce électronique. Il me semble que vous êtes en trai de vous réveiller, Space Freak Wonderboy, vous êtes en train de devenir flou.

  C’est vrai qu’il devient flou, mon copain. Il me regarde avant de disparaître

_ J’ai besoin de toi pour m’aider à m’évader, David, tu e trouveras sur les montagnes.

  Il a disparu.

_ Bon réveil, Space Freak Imperator, me lance Relka Kapec.

  C’est vrai, tout devient flou, je suis en train de me réveiller. J’ai juste le temps de lancer

_ Appelle moi David, si ça ne te dérange…

            Et me voici dans le lit de la cabine capitaine du vaisseau. Le retour de trip est terminé. Le rêve est présent dans ma mémoire. Il faut que je me lève. Je me redresse brutalement de mon lit. Une main douce me retient. C’est Norma-Jane e petite tenue. Elle a décidé de s’occuper de moi. Merci d’avoir veillé sur moi, mais il faut que j’aille sur Beldine pour aider Wonderboy… Gentiment, elle me recouche sur le dos, avant de retirer son chemisier. J’ai peut être un peu de temps, après tout. Je ne sais pas si je suis toujours en train de rêver, mais je n’ai pas envie de me réveiller, pas du tout.

Repost 0
Published by Space Freak - dans Space freaks
commenter cet article
23 juillet 2007 1 23 /07 /juillet /2007 21:26
Je suis assis sur un quai de gare. C'est curieux. Je sais n'être jamais allé sur la terre, et pourtant cette image apparait clairement dans mon esprit. Il faut peut être faire le point. Je suis acruellement dans une caisson de repos dans le vaisseau que j'ai "emprunté" à Transstar. Nous arrivons en vue de Beldine, où des massacres et des combats ont lieu alors qu'on essaie en catastrophe d'évacuer. Je suis en plein rêve et je me vois sur un quai de gare au milieu de nulle part; En fait de gare, il s'agit d'une plate-forme au milieu de milliers de voies sans aucune sortie. heureusement, il y a des sièges. A coté de moi, se trouve assis relka Kapec, premier du nom, qui arrive enfin à retrouver sa forme corporelle dans mon esprit. Un train arrive, s'arrête et un homme en descend. Il s'approche de moi alors que le train repart. Il me ressemble beaucous, en plus vieux. 

_ Bonjour, dit il.  Je suis Imperator, le premier du nom.
_ Bonjour. Tu pourrais me dire ce que je fais ici ?
_ Ca ne parait pas évident  ? Tu rêve. Je suis venu te parler de ce que tu vas voir là ou tu va.
_ Tu connais Beldine ?
_ Bien sûr!  Je suis le premier à avoir voyagé dans l'espace, non ? Le premier des Imperator, je veux dire. Sache que c'est moi qui ait transporté la dépouille du petit garçon au coeur de la planète comme elle l'avait demandé. Je lui ai parlé à cette planète, même si ça n'a pas été long. Au fait, c'est qui lui ? 
_ Bonjour, je suis Relka Kapec, premier du nom, robot au service du grand Lambda Prime
_ On rencontre de curieuses personnes dans ton esprit, mon clone.
_ Je t'expliquerai... Qu'est-ce que tu voulais me dire, à propos de Beldine ?
_ J'ai un peu connu les planètes-entités dans ma carrière. Notamment lorsque je suis allé sur kasel-Riga. Et laisse moi te dire que ce n'est pas en envoyant les militaires et en bombardant, ou en évacuant que la situation va s'améliorer. Parce que sache que j'ai fini par comprendre que toutes les planètes sont des planètes-entités, même la Terre, oui mon ami. Cette petite crise, qui ne va pas aller en s'améliorant, risque de s'étendre à tout l'univers connu. 
_ Tu cherches à me faire flipper ?
_Je suis sérieux, David. Oui, David, c'est ton vrai nom. Il n'y a que toi qui puisse faire quelque chose. Tu transporte avec toi quelque chose, ou quelqu'un qui saura te faire lutter contre l'entité noire qui est en train d'infecter Beldine.
_ tu parles de monsieur Kapec ?
_ Non, pas tout à fait. Rappelles toi, tu t'es injecté la drogue qu'il y avait dans ces caisses,non ? Il y a un peu de cette entité noire dans tes veines. Apprends à la connaitre...
    un autre train arrive sur le quai, et un curieux visiteur en costume militaire en descend. Il porte un masque et de curieuses épées. Il enlève son masque et je le reconnais.
_ Wonderboy ? Mais qu'est-ce que tu fais là ?
_ Je ne l'ai pas très bien compris moi-même, mais il faut que je parle au premier Imperator.
_ Je t'écoute Thomas.
_ Parles moi de mon père...
Repost 0
Published by Space Freak - dans Space freaks
commenter cet article
16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 07:32
Les étoiles, les comètes, les planètes, et entre elles, le vide. C'est dans ce vide que je dois nager. Le vaisseau et moi ne faisons qu'un. Dans ces moments là, empreints de liberté, de vide, d'espace, je me sens vivre. Je ne suis pas ce misérable petit tas de chair enchainé à son tableau de bord, mais une sorte d'aigle puissant, dont le vol majestueux traverse les galaxies. Je réchauffe mes ailes à la chaleur de milliers de soleils, je zigzague sans difficulté dans des systèmes de planètes. Je me sens approcher une vérité millénaire. Oui, la lumière eest là, devant moi, la vérité cachée devient évidence, je...

Qu'est-ce qui se passe ? Arrêt d'urgence des système, plan de vol stationnaire. J'ai un retour de trip, ce genre de truc ne m'arrive pourtant jamais en plein vol. Heureusement,le système de sécurité s'est mis en route. J'ai failli me crasher contre une supernova.Non, laissez moi attaché, Norma Jane, il faut que ça passe. Dans ces moments là, je peux devenir dangereux pour moi comme pour vous. Empêchez moi d'avaler ma langue... 

Ou suis-je ? Quelle paix ici. Qui es tu ? Un petit enfant sur un caillou qui émerge de l'eau. Quel est cet océan au ciel de ténèbre ? Pourquoi as tu l'air si triste ? Qu'est-ce que... ? Non,forme noire ! Ne touche pas à cet enfant ! espèce de salopard ! Pourquoi ? Oui, je peux te voir. J'ai encore un peu de ta saloperie dans les veines. Tu ne perds rien pour attendre. Tu ne mérites aucune pitié! Je vais arriver, tu m'entends ? Et alors...


... Réveil. Je tremble, j'ai mal et froid. Norma Jane m'a détaché et allongé sur ma couchette. Moi qui ai horreur des retours de trip, celui là a le pompon. Je dois respirer, et remettre mes idées en ordre. Il ne reste pas beaucoup de temps avant que forme nire prenne le contrôle de la planète Beldine. Et là, ça va beaucoup compliquer les choses...
Repost 0
Published by Space Freak - dans Space freaks
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Space Freak
  • Le blog de Space Freak
  • : Je crois que je sais écrire de la science fiction
  • Contact

Recherche