Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 08:00

            Deux hommes marchent seuls dans les rues désertes d’une Apocaville où l’on sent la panique diffuse et la lassitude palpable. Le premier marche les mains dans les poches, la tête rentrée entre les épaules, l’air boudeur ; l’autre a un air attentif, la tête levée

_ Vous cherchez quoi, en regardant comme ça ?

_ Lorsque je ne sais pas trop quoi faire, je compte les choses, ça me distrait.

_ Et là, vous comptez quoi ?

_ Les fenêtres des bâtiments. J’en suis à 7832 jusqu’à présent.

_ Et les vaisseaux aliens, vous avez pu les compter, tout à l’heure ?

_ Oh, bah, je n’ai pas pu compter avec précision, mais grosso modo, il y en avait aux alentours de 3244… à 10 près.

_ Non mais vous êtes vraiment une calculette vivante !

_ Ca aide quand on est statisticien. Et vous, j’imagine que vous échafaudez un plan pour résoudre la situation, non ? C’est vous le héro, non ?

_ Oui, dans cette ville, c’est moi. J’aurais bien aimé qu’un type qui vole, qui ait des yeux laser et une force telle qu’il aurait pu affronter cette horde d’envahisseurs à mains nue, soit à ma place. Mais non, il n’y a que moi, et tout ce que j’ai c’est un bras gauche un peu costaud.

_ Bah… ça compte, non ?

_ A peu près autant qu’un cure-dent face à un bazooka. C’est comme ça tout le temps. J’ai à chaque fois l’impression d’être bruce lee lâché dans une arène face à un camion muni d’un pare-buffle.

_ Ah ! Bah dans ce cas… je peux peut être vous aider, non ?

_ Ah, c’est vrai vous êtes là, j’ai la joie d’avoir un statisticien à mes côtés. Mais d’ailleurs, qu’est-ce que vous faites là ?

_ Moi ? Je vous suis, je ne connais personne dans cette ville, à part vous.

_ Bon… assez de discussion, je déteste par avance ce que nous allons faire, mais je n’ai pas d’autre option pour l’instant, mais il va falloir qu’on y aille…

_ Où ça ?

_ Au club des ratés !

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 08:00

On aurait pu dire que la situation était sous contrôle… on aurait pu le dire… c’était techniquement possible… il suffisait de remuer les lèvres et de bouger la langue pour articuler les mots. Mais dans la réalité des faits, quand un semi super héro accompagné par un statisticien et demi sont en face d’une armada de vaisseaux non terriens dont on pouvait supposer l’armement à la hauteur de la technologie, il y avait de quoi douter sur le contrôle de la situation par ces deux derniers.

_ Euh… fit Spot. Dans ces cas là, vous faites quoi ?

Sto leva l’index à la hauteur de son menton, à la manière d’un instituteur qui dicte son cours

_ Là, dit il, nous sommes dans la phase d’analyse. La phase d’action, c’est après.

_ Bon, il semble que ces vaisseaux sont aussi dans la phase d’analyse. On risque d’y passer un moment si ça continue.

_ Ca commença toujours comme ça. On se jauge les uns les autres.

_ Et ça dure combien de temps, en moyenne ? Et dans quelles conditions ? Parce que il y a déjà matière à faire une étude qui…

_ Vous cherchez vraiment à faire des statistiques tout le temps ?

_ Vous savez, pas plus tard qu’avant-hier, ça m’a sauvé la vie.

_ Vous me raconterez ça plus tard, Les camions de l’armée arrivent.

  En effet, plusieurs voitures, camions et camionnettes vert kaki, occupés par des hommes en uniforme non moins vert kaki arrivèrent à la suite de Spot et du Fist. Ils s’arrêtèrent environ cent mètres derrière eux et seule un jeep dans laquelle se dressait un officier continua à rouler vers eux. Et alors que Philippe Sto se préparait à saluer l’officier, visiblement un ami de longue date, la voiture… changea de direction. Elle ne se déplaça plus horizontalement mais verticalement, s’envolant, avec à son bord un général visiblement étonné. La jeep s’éleva, s’éleva, jusqu’au niveau d’une petite trappe ouverte sous le premier des vaisseaux extraterrestres dans laquelle elle disparut.

_ Je crois qu’on va fuir, dit Sto, sans se départir de son calme

_ Ah, dit spot, ça veut dire que la phase d’analyse est terminée ?

_ On peut dire ça comme ça

_ Alors, quand cette phase dure si peu de temps, c’est plutôt bon ou mauvais signe?

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 08:00

Sto était encore en train de s’épousseter, en regardant Spot d’un air satisfait quand une foule hurlante et hystérique fonça sur eux. Enfin… hurlante… marmonnante serait plutôt le mot. Quant à l’hystérie… Ils avaient plus l’air résigné, ou vaguement ennuyés. Et puis, bon, d’accord, ils ne fonçaient pas, ils marchaient, mais d’un bon pas. Mais c’était bien une foule, ça je n’en démord pas. Bon, bref, cette masse humaine et maussade fuyait.

Spot et Sto regardèrent en même temps d’où venaient les gens. Le premier fut ébahi devant le spectacle, le second soupira, blasé.

Le ciel était envahi d’engins métalliques à la forme oblongue qui brillaient dans le soleil de ce samedi.

_ Oui, bah, comme je vous l’avais dit, c’est invasion extraterrestre aujourd’hui

_ Et ça arrive souvent ?

_ Une fois par mois. Comme vous pouvez le voir, on commence à avoir l’habitude.

_ Et comment ça se passe, dans ces cas là ?

_ C’est variables, vous savez, des fois, ils viennent ici comme on va acheter de la viande au supermarché, d’autre fois, ils veulent conquérir la terre pour en faire une province de leur empire, quand ils ne veulent pas simplement raser la planète…

_ Et ces différents buts arrivent dans quelles proportions les uns par rapport aux autres ?

_ … Rappelez moi votre profession, avant ?

_ J’étais statisticien, pourquoi ?

_ Pour rien, une question idiote. J’y vais ! Suivez moi si vous le voulez !

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 08:00

Le petit déjeuner avait été avalé sans histoire. L’hôtelier avait regardé ses deux pensionnaires comme… il avait cet air qu’ont certains mecs blasés qui relisent pour la centième fois la même bande dessinée. Ce genre de non évènement donna quand même à Spot et à Sto un sujet de conversation une fois qu’il furent sorti de l’hôtel.

_ Il est toujours comme ça le proprio ?

_ Oh, oui, je ne l’ai jamais vu autrement. On a l’impression qu’il sait tout à l’avance. J’ai un jour essayé de lui raconter une blague, et bah croyez moi, on ne m’y reprendra plus.

_ Ah, à ce point ?

_ Oui, je… AAAAh ! Mais arrêtez d’essayer de sourire comme ça !

_ Oh, désolé. Je ne savais pas que…

_ Ecoutez, il n’est pas naturel ce sourire, on dirait le joker, mais en pire. Alors, moi, des méchants, j’en croise souvent, trop souvent pour avoir envie d’en voir en dehors des heures de travail. Je pense que vous devriez vous en tenir au sourire naturel.

_ C’est que, au naturel, j’en n’ai pas, de sourire.

_ Ah ! Ca explique…

Sto s’était interrompu, il regardait en l’air. Spot regarda à son tour. Une vingtaine de corbeaux volait en formation serrée près du toit d’un des immeubles. Il se rassemblèrent d’un coup en une masse compacte qui se révéla être un homme.

_ C’est Raven, dit Sto. Je vous laisse çinq minutes, je dois y aller.

Sto se dirigea vers l’immeuble en question, sauta pour s’agripper au rebord d’une fenêtre, et à l’aide de son seul bras gauche, se propulsa plusieurs étages en hauteur pour attraper le rebord d’une fenêtre et recommencer. En quelques bonds, il se retrouva sur le toit, face à son adversaire. Il lui envoya un direct dans l’estomac, mais celui-ci « explosa », en quelque sorte en une nuée de corbeaux qui foncèrent sur l’infortuné héro. Il réussit plus ou moins à en éviter la majeure partie avant de courir vers le rebord du toit. Saisissant le bord de son bras surpuissant, il se propulsa, horizontalement cette fois, vers le toit d’un immeuble voisin. Les corbeaux plongèrent vers lui alors qu’il s’accrochait. Il opéra un prompt rétablissement et évita les oiseaux de justesse. Ces derniers s’écrasèrent sur la surface du toit et Spot les vit en train de se débattre pour s’envoler… en vain. Ils re reformèrent en un homme, qui se débattit comme un beau diable pour se relever. Mais Sto fut sur lui rapidement, et l’assomma d’un direct à la mâchoire. Puis il sauta simplement du haut de l’immeuble, pour se réceptionner au sol, spectaculairement et bruyamment, sur son poing gauche.

_ Un jeu d’enfant, fit il, l’air fier. J’avais préparé le terrain hier, et je l’ai pris à la glue

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 08:00
Alors, bon, jke m'excuse, mais là, la productivité a baissé d'un seul coup. La faute à une connexion internet qui a foiré, à un manque de motivation de ma part... bref, je ne vais pas publier très régulièrement dans les jours à venir, mais je vais tenter quand même de faire un effort. En attendant, voici la suite.

Philippe Sto se réveilla à l’heure habituelle : 6h45. C’est un homme ponctuel, même s’il n’est pas vraiment du matin. Comme à son habitude, après une douche chaude et un petit déjeuner consistant, il passa cinq minutes, ni plus ni moins, à contempler la vue qu’il avait de sa chambre d’hôtel. Philippe Sto est un homme d’habitudes. Il enfila ses vêtements, noirs et moulants, puis son blouson, marron et quelconque, avant de sortir. Comme à son habitude, il attendit d’être sorti pour enfiler son unique gant, le gant droit. De sa main gauche, il sortit de la poche de son blouson son agenda électronique. « Samedi, pensa-t-il tout haut. Le deuxième du mois, c’est le jour de l’invasion extra-terrestre » Philippe Sto soupira. Ca signifiait encore des heures supplémentaires. Philippe Sto est un super héro.

_ Heu… Bonjour ?

  Philippe Sto sursauta. Il n’avait pas l’habitude d’être attaqué avant 10h. Les super-vilains ont eux aussi des horaires qu’ils respectent.

_ Excusez moi, répondit il. Je n’ai pas l’habitude…

_ C’est sans doute à moi de m’excuser. L’homme avait un visage sérieux, il n’était ni trop grand ni trop maigre, et le sourire qu’il se forçait à faire lui allait aussi bien qu’une coupe punk à la joconde.

_ Je m’appelle Spot ! Je suis votre nouveau voisin.

_ Moi c’est Sto, Philippe Sto.

  Les deux hommes sympathisèrent dans l’ascenseur

 

_ Je suis super héro

_ C’est pour ça que vous portez un gant en métal ?

_ En effet. Je n’en porte qu’un. Le bras gauche n’en a pas besoin.

_ Moi je suis statisticien

_ Ah… C’est pour ça que vous avez… cet air si sérieux.

_ Je sais… mais je me soigne, vous voyez ?

_ S’il vous plait… arrêtez de sourire, ça ne vous va pas du tout.

_ Ah… Vous savez où je pourrais trouver du boulot ?

_ Ah, ben, il ne faudra pas chercher aujourd’hui. C’est invasion d’extraterrestres. Généralement, on n’embauche pas ce jour là…

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 08:00

Bon, ben… C’est un hall d’hôtel, quoi. Le premier hôtel qu’ont croisé Spot et Pierrot. A première vue, il a pas l’air tellement classe, mais il est propre.

_ C’est marrant, dit Spot, avec tout ces gratte-ciel ici, on aurait pu croire qu’il y aurait plus d’hôtel, mais… On pourrait faire une étude intéressante sur…

_ Tu t’arrêtes jamais ? Tu vas pas arrêter avec tes études à la noix ? Les gens ici ils n’en ont rien à fiche des statistiques, alors arrête de me saouler avec ça, okay ?

_ Si je vous dérange, faut le dire !

  L’homme qui venait de prononcer ces mots se tenait derrière le guichet d’accueil. L’air mi-amusé mi-blasé d’un homme qui raconte pour la millième fois lamême blague, il soutenait sa tête de son poing fermé, à la manière du penseur.

_ Je vous connais, vous, dit Spot.

_ Vous avez intérêt ! dit l’homme en noir. C’est quand même moi qui vous ai donné votre nom. Vous voyez que c’est quand même plus pratique quand on se ballade avec son propre fantôme. Bon, je vous donne la clé de votre chambre.

  Sur le porte clé marron étaient gravés les chiffres 2143. L’homme tendait la clé d’un air nonchalant.

_ Bon, dit spot. La suite du programme, c’est quoi ?

_ Pour l’instant, vous montez dans votre chambre. Je vois que vous avez des affaires, mais ne vous en faites pas, il y a une armoire. Ainsi qu’une salle de bain. Le repas ici a lieu dans la salle à manger, derrière moi, pas avant 19h et pas après 20h.

_ Et je suis à quel étage ?

_ 21ème. J’espère que vous avez du souffle.

_ Pourquoi, l’ascenseur est en panne ?

_ Quel ascenseur ?

_... Et le prix, c’est à la semaine, au mois ?

_ Vous avez toujours pas compris, vous... La fin du monde est passée, vous savez, alors l’argent, on s’en moque un peu, vous savez.

_ C’est qui ? demanda Pierrot.

_ Ah, oui, toi tu le connais pas. Bah… Quand je me suis retrouvé au milieu du cratère, avant que je ne te rencontre, c’était lui qui m’a donné mon nom, et il m’a demandé de le retrouver… Il m’a parlé d’un truc aussi… que je serais un messie, ou quelque chose comme ça.

_ Oui, dit l’homme en noir, pour ça faudra attendre un peu. Je vous conseille de monter. Vous aurez besoin de repos quand vous serez là-haut. Quand vous aurez faim ce midi, vous trouverez des sandwich et de la bière dans l’un des placards. Vous aurez une journée chargée demain. C’est le deuxième samedi du mois, c’est le jour des extra-terrestres.

_ Mais pourquoi vous en savez autant, vous ?

_... Bonne journée messieur. Ce soir, c’est ragout de mouton… enfin, un plat qui en a presque le gout.

  L’homme avait disparu, sans même bouger. Il n’était tout simplement plus là. Spot décida de ne pas s’en formaliser et monta les escaliers. Au sixième étage, Spot fit une pause, au douzième, il commença à râler contre le menuisier qui avait fait un escalier si raide. Arrivé au vingt et unième, le soulagement se mêlait à l’envie de meurtre sur la personne de l’hôtelier quand, en face de l’escalier, Spot vit la porte d’un ascenseur. Dessus était collé un papier

« Cet ascenseur est en parfait état de marche, mais je n’ai jamais résisté à la joie de faire une bonne farce. S. l’homme en noir »

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 08:00

La ville en elle-même n‘était pas grand-chose. Les immeubles étaient tous un peu moins grands que l’empire state building, et la population un peu moins nombreuse que dans l’ancienne ville de Shangai. Spot en était quand même satisfait, à moins que ce ne soit rassuré, ou ébahi… enfin, un sentiment positif, quoi. Bref, Spot, noyé au milieu de cet océan humain, souriait.

_Bon sang, pensait il, Les études statistiques à faire dans cet endrois doivent être édifiantes.

_ Abruti !

_ Pardon ?

_ C’est moi, crétin, lefantôme dans ta tête.

_ Ah, oui, Pierrot. Pourquoi ces mots si durs ?

_ Parce que, crétin. Tu viens de survivre à une fin du monde, de traverser un désert mortel, de résister à l’attaques d’esprits en furie, tu as même eu la chance de passer en premier dans une épreuve dont la sélection aurait du être longue comme deux vies humaines, et tout ce que tu aspire à faire, c’est des stat ?

_ Bah oui ! C’est mon boulot.

_ Mais réveille toi, couillon ! Tout ce qui t’es arrivé, ça doit être un signe non ? Tu es destiné à vivre autre chose que la vie d’un statisticien de base, non ?

_ Bah… peut être, mais pour l’instant tout ce que je sais faire, c’est des études statistiques…

_ T’es désespérant ! Tu m’as écouté depuis le début ? Si tu continue comme ça, tu vas regretter  toute ta mort ded ne rien avoir fait de ta vie. Et crois moi, je sais de quoi je parle.

Une ombre fugitive passa devant le soleil, et Spot leva les yeux. Il vit un homme, souple comme un chat, qui sautait d’un toit à un autre, poursuivant un individu doté d’ailes noires, comme des ailes de corbeau. Il sauta sur son adversaire, qui sous le choc, explosa et se transforma en une volée de corbeaux.  Baissant les yeux, Spot vit les passants qui levaient distraitement les yeux sur ce spectacle avant de reprendre leur chemin.

_ On doit pas s’ennuyer ici, si ce genre de spectacle est banal.

_ Bah, dit Pierrot, ça s’appelle Apocaville, ici, non ?

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 08:00

Spot se réveilla au milieu d’une foule plutôt compacte. Un rassemblement plutôt disparate où Spot et son fantôme se fondaient comme un petit pois dans un bol de riz cantonnais.

_ Mais ils viennent d’où tous ces gens ? demanda Spot

_ Ce n’est pas évident ? dit Pierrot. Eux, ils ont pris les routes de contournement, On n’a pas tous la chance d’être statisticien.

_ Ah, vous êtes statisticien ? dit un homme à coté de Spot. C’est marrant, moi, j’étais actuaire.

_ Ah, bon ?.. Dites moi, c’est mon fantôme qui vient de parler. Comment vous l’avez entendu ?

_ Ah ? En effet, vous êtes deux.

_ Laisse tomber, dit Pierrot. Si tu commences à t’émerveiller pour toutes les bizarreries de ce monde, tu ne fermeras plus jamais les yeux.

            La foule resta silencieuse et toutes les têtes étaient tournées vers les portes de la ville.

_ Quand crois tu qu’on va pouvoir entrer ?

_ A vue de nez, entre midi et demain matin.

C’est alors que la porte s’ouvrit. La petite, celle qui était incrusté dans la grande porte de gauche, s’ouvrit. Le gardien soupira et lança :

_ Bon, on va commencer, dans le calme s’il vous plait. D’abord, je veux voir le type qui m’a emprunté mon duvet hier soir !

  C’est ainsi que l’empressement d’un gardien à récupérer un bien mobilier et relativement confortable permit à Spot et Pierrot d’entrer dans la fameuse ville avant tous les autres, qui prirent un air dégouté de circonstance…

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 08:00

_ Six cents ans, tu as dit ?

_ Oui, six siècles, 7600 mois, 219150 jours, etc…

_ Oui, mais moi, entre le moment où le… ou la… enfin la « chose » est tombée, pour moi il ne s’est pas passé un instant, et…

_ Oublie ça. Déjà rien que le fait qu’on soit deux ça a de quoi faire bouillir le cerveau de plus d’un. On est bientôt arrivé ?

_ Oui, d’ailleurs c’est là

            La muraille se voyait d’assez loin. Passant d’un maronnasse assez fade à une couleur sang de bœuf écoeurante au fur et à mesure qu’on s’en approchait. Curieusement, Spot aimait bien cette couleur. D’autant que la porte était bien visible, sa couleur grise ternie par les ans contrastait avec le rouge du mur. En bas de cette dernière, se trouvait un homme en uniforme bleu en train de lire un magazine. En arrivant devant lui, Spot se racla la gorge. L’homme leva les yeux de son magazine. Il avait dans la bouche un cure-dent qu’il faisait voyager d’un bout à l’autre de ses lèvres.

_ Bonjour, monsieur. La porte est fermée pour la nuit, mais vous pouvez attendre demain, si vous voulez

_ Ah bon ? C’est comme ça ? Il fait pourtant encore jour.

_ Ici, on déclare la nuit à partir de 16h. J’peux vous prêter un duvet pour la nuit, mais il est consigné…

_ Bon… D’accord.

_ Tenez, ajoute le garde en leur tendant une feuille de papier froissé. Pour passer la nuit, c’est un questionnaire à remplir pour pouvoir entrer. Vous verrez, ce n’est pas compliqué, il faut dire non à tout…

            Allongé dans le duvet consigné, Spot et son fantôme se retrouvent ainsi à cocher des cases sur un vieux bout de papier

Exemple de question :

_ Etes vous en possession d’une arme létale avec l’intention de vous en servir                                       OUI/NON

_ Avez-vous l’intention de vous nourrir de chair humaine et/ou d’asservir les habitants de cette ville    OUI/NON

_ Avez-vous des pulsions homicides et/ou des envies d’actes sexuels non consentis                            OUI/NON

_ Désirez vous éradiquer la race humaine de l’univers                                                                                    OUI/NON

_ Avez-vous le désir d’unifier la surface de la terre en un immense désert                                                  OUI/NON

_ Désirez vous étouffer le reste de l’humanité dans une nourriture grasse et hautement toxique ?       OUI/NON

_ Pensez vous être la réincarnation d'un dictateur du vingtième siècle décidé à conquérir le monde? OUI/NON

(pour cette question se référer à l'annexe du questionnaire coincernant le point Godwin...)

 

_ Il y a des questions qui se rejoignent, remarque Spot

_ C’est une question de subtilité, histoire de ne pas oublier tout les type de malfaisant qui existent, répondit Pierrot

_ Tiens, regarde celle là : « Avez-vous l’intention de répandre un virus et/ou un puissant agent mutagène dans la ville ? ». Je me demande sincèrement quelle proportion de gens interrogés répondent oui à cette question

_ Oh, à vue de pif, je dirais 0.12%.

_ Bon, bah, on a tout rempli. Pas un seul oui, je pense qu’on pourra rentrer demain.

_ Ouais, demain, à nous trois, Apocaville !

_ Quand même, quel nom naze pour une ville

_ Oh, tu sais, il existait bien une ville appelée desperation, dans L’Arkansas, il y a six cents ans…

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 08:00

            PAUVRE ANDOUILLE !!! IMBECILE HEUREUX !!! IDIOT CONGENITAL !!!

  _ Euh… C’est moi qui dis ça ? Demanda Spot, encore secoué par ce qu’il entendait, et surtout par qui il les entendait.

_ OUAIS ! Tu peux dire ça, Pierrot bonjean, petit statisticien de seconde zone, tu entends ton propre fantôme te dire c qu’il a sur le cœur depuis des années. TU AS GACHE TA VIE CRETIN !

_ Mon fantôme ? Vous êtes en train de me dire que je suis mort ?

_ Bah oui, comme tout le monde lors de la catastrophe.

_ Excusez-moi, mais, j’ai l’air mort pour vous ?

_ Non, mais… je… c’est d’abord… et puis cesse de me vouvoyer, on est la même personne, toi et moi, alors inutile de nous traiter en étrangers.

_ Heu… Oui. Mais j’aimerais comprendre… Je suis mort, et en même temps je suis vivant…

_ Bon, bah, oui, t’es une singularité.

  Spot distingua une certaine amertume dans la voix de son double fantomatique.

_ Quelque chose ne va pas ?

_ Un peu, oui, d’abord, ça fait plus de six cents ans que je suis mort… Et puis, j’ai toujours rêvé d’un jour où je me retrouverais en face de moi-même pour me dire tout ce que j’avais sur le cœur. Petit statisticien de daube à la vie terne et sans relief. Tu te rends compte à quel point tu as rendu ta vie inintéressante ? Et maintenant que ce vœu est réalisé, et bien je ne me sens pas soulagé comme je le souhaiterais.

_ J’en suis le premier désolé. Où sont les autres, au fait ?

_ Les autres fantômes ? On est sorti de la zone, tu n’as pas vu ?

_ Ah ? J’ai marché pendant tout ce temps ? Et toi, tu es là ?

_ Ah, bah, je me suis trouvé moi-même, alors je reste avec toi.

_… Bon d’accord

  Spot déplia la carte et chercha la route qui le menait à la ville.

 

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Space Freak
  • Le blog de Space Freak
  • : Je crois que je sais écrire de la science fiction
  • Contact

Recherche