Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 08:00

Spot en était là, à se rouler par terre, assailli par la haine, la colère et la frustration de milliers de fantômes qui se déversaient dans son crâne comme une cascade de sirop de sucre dans le verre d’un diabétique. Il se tortilla, roula, et se retrouva à dévaler une petite pente en bas de laquelle se trouvaient les autres malheureux qui avaient tenté la traversée avant lui. Plusieurs cadavres recroquevillés en position fœtale s’étalaient devant lui. Il comprit alors qu’il allait les rejoindre, il était effectivement trop tard… Mais lequel d’entre eux avait eu le temps de planter ce panneau ? Et soudain Spot fut sauvé…

  Non, il n’y eut pas de deus ex machina qui arriva pour l’arracher à ce lieu, ni d’interruption dans les paroles des revenants. Spot fut sauvé par ses réflexes professionnels. En effet, deux fantômes venaient de dire exactement la même chose au même moment.

_ Je n’avais jamais rien demandé à personne. Je ne méritais pas ça !

_ Vous aviez quel âge ?  Demanda Spot, qui y vit soudain un sujet d’étude.

  Les voix s’interrompirent une demi seconde avant de reprendre. Un flot de chiffre se déversa dans la tête du statisticien, mais ça il sut le gérer. Rapidement, il jeta les bases d’une pyramide des âges de la population de ce lieu. Puis il leur demanda leur profession. Il classa, un diagramme bâton se dessina clairement dans son esprit. Rien que de très classique dans une population européenne ; puis il s’attaqua à la partie la plus délicate, leur demandant leur activité au moment des évènements funestes.

Tout en classant les données dans son esprit, à dégager les tendances, classer les généralités, ignorer les détails inutiles, il se releva. Son cerveau fonctionnait à plein régime, mais il trouvait encore le moyen au milieu de ses calculs de s’épousseter et de prendre une grande respiration. Il semblait se dégager une nette prédominance dans les activités, due sans doute à l’heure à laquelle tout ceci s’était produit….

            Et les voix se turent d’un coup, coupées par une nouvelle voix, plus forte que les autres

_ESPECE DE CRETIN !!!!

  Spot fut doublement secoué par cette voix, d’abord par la violence avec laquelle elle s’était imposée dans son esprit, et puis aussi parce qu’il la connaissait bien…

… C’était sa propre voix…

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 08:00

La principale caractéristique de Spot, qui pouvait venir de la passion qu’il nourrissait pour son ancien emploi, était de ne jamais se poser les mêmes questions que le commun des mortels. Aussi, lorsque quelqu’un se pose la mauvaise question au sujet de sa situation actuelle, Spot s’en pose une autre, qui n’est pas nécessairement la bonne pour autant. 

Prenons la situation actuelle, par exemple. Pour une raison ou pour une autre, voici notre ami au milieu du mauvais chemin, celui censé vous tuer, ou vous rendre fou.

  A la vue du panneau annonçant « si vous pouvez lire ce panneau, alors il est trop tard », la majeure partie des mortels se poseraient la question « mais pourquoi est il trop tard ? »

  Spot lui, se demandait tout simplement " Mais quel genre d’individu sain d’esprit irait planter ce panneau ici s’il savait que cet endroit était fatal ?"

  Alors que la bonne question à se poser était… qu’il ne fallait pas se poser de question. Il ne fallait pas se trouver là, tout simplement.

 Néanmoins, il s’y trouvait, pour son plus grand déplaisir, et comme il n’avait rien de mieux à faire, il tenta de traverser ce lieu dangereux.

C’est alors qu’ils attaquèrent.

Il n’y eut pas d’attaque à proprement parler, puisque le danger n’était pas physique. Mais Spot s’écroula par terre sous la violence de ce qu’il venait de subir.

  C’était comme d’entendre un cri déchirant au milieu de sa tête. Suivi d’un autre, et encore un autre. Puis les cris furent remplacés par des mots, des mots en vracs qui s’empilaient, se tassaient les uns derrières les autres, des mots venant de milliers de voix qui parlaient en même temps, les voix de milliers de fantômes de cette fin du monde et qui déchargeaient toute leur tristesse, leur amertume, leur colère dans la tête d’un seul homme….

… Il y avait bien là de quoi devenir dingue

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 08:00

Spot se trouva ainsi, vêtu de vêtements pratiques et pas trop chaud, chaussé de bonnes chaussures de marche, et portant un sac à dos contenant des vivres pour deux jours et des couvertures pour le protéger la nuit.

_ Voilà une dernière chose, monsieur. C’est quoi votre nom déjà ?

_ On m’a dit que je m’appelle Spot.

_  Oui, d’accord. Voilà une carte. Je vous ai mis une petite boussole dans votre sac pour vous repérer. Bon, regardez !

L’homme déplia une carte et pointa des taches bleues sur celle-ci

_ Là, c’est la région des lacs. Evitez la comme la peste. C’est pas de l’eau, c’est de l’acide.

_ D’accord.

_ Là, il vous faudra contourner pour arriver à la ville.

_ La ville ?

_ Apocaville. Je vous l’aurais pas conseillée, mais c’est la seule ville dans les environs, et puis c’est toujours mieux que de sécher dans le désert.

_ Et pourquoi je ne dois pas passer par ce chemin ? Il est direct

_ C’est pas conseillé. Tous les gens qui y sont passé sont clamsés, ou fous, je sais plus.

_ Bien merci, monsieur. Je ne sais vraiment pas comment vous remerc…

Spot s’interrompit sentant le canon d’un fusil qu’on enfonçait dans son ventre

L’homme tenait le fusil tout en arborant un air amical.

_ Je vous demanderai juste de ne pas traîner. Moi je fournis le matériel, mais certains ont tendance à croire que c’est un hôtel ici, alors moi j’ai pris mes dispositions. Partez et ne vous retournez pas.

_ Ah, bon !

Spot n’était pas du genre à discuter avec un homme qui pointait un fusil sur lui. Néanmoins, il lança

_ Au fait, vous êtes gaucher, non ?

_ Oui, comment vous le savez ?

_ Oh, juste une question de statistique. Votre magasin est un faux désordre. On dirait que c’est dérangé, mais vous savez où tout trouver. Les gens qui ont des désordres rangés comme ça sont à 73% des gauchers.

Puis Spot partit sans se retourner.

 

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 08:00

…Ou plutôt il avança vers l’entrée. Au moment où il se préparait à passer la porte, il fut interrompu dans sa démarche par un vieillard hirsute vêtu en tout et pour tout d’une toge couleur blanc sale.

_ Toi, lui lança ce dernier, écoute moi. Le jour du jugement est proche. Bientôt le feu du ciel s’abattra sur le monde et

_ PAPI ! Lança une voix bourrue. Arrête un peu ! Le jour du jugement est passé, tu avais raison, mais maintenant, tu cesses d’embêter les gens, d’accord ?

_ Excusez moi, dit Spot, je n’avais pas l’intention de provoquer une querelle familiale.

_ Ce n’est pas grave, monsieur. L’homme qui venait de dire ça était un personnage rondouillard, vêtu de jean des pieds à la tête, et la tête ornée d’un ravissant collier de barbe noire.

_ Entrez donc, je dois avoir ce dont vous avez besoin.

 

            L’intérieur du magasin était un ravissant capharnaüm dans lequel l’homme rondouillard naviguait à l’aise, piochant par-ci par là, un vêtement. Spot, qui le suivait, reçu sans avertissement une pile de vêtements.

_ Tenez, je pense que ça vous ira.

_ C’est gentil, mais je dois vous avouer que je n’ai pas de quoi payer…

_ Mais qu’est-ce que vous croyez ? Personne n’a de quoi payer ici ! Suivez moi, je vous emmène à la chambre froide. On va vous trouver des vivres et de l’eau pour votre voyage.

Ils sortent du bâtiment principal pour nous rendre vers un bâtiment annexe. En chemin ils recroisent le vieil homme. Il crie que le jugement dernier va venir, mais on sent qu’il manque de conviction.

_ C’est votre grand père ? Hasarde Spot.

_ Oui, dit l’homme d’un air peiné. Il était heureux avant, quand il professait que la fin du monde approchait. Mais maintenant qu’elle est passée…

Quoi de plus triste pour un paranoïaque que de se rendre compte qu’il avait raison, pensa Spot.

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 08:00

Savez vous ce qu’il y a dans la mallette d’un statisticien ? Et bien il n’y a rien. Pas le moindre rapport à taper, pas de carnet, pas de stylo. Spot est du genre à se trimballer une mallette vide uniquement pour se donner une contenance. Et actuellement, au milieu de ce désert, sans repère, il aurait bien aimé qu’elle contienne quelque chose d’utile. Une boussole, un sandwich, une gourde d’eau, voire même un bouquin, histoire de s’allumer un feu lorsque la nuit et la température tomberaient. Néanmoins, il conservait cette chose, espérant y trouver une utilité quelconque.

            La forme apparut, indistincte à l’horizon, comme irréelle, puis, s’avançant vers elle, Spot finit par comprendre qu’il n’avait pas la berlue, et qu’il voyait un bâtiment.

Le bâtiment en  question était un genre de station-service supérette. Sa présence au milieu de ce désert était aussi incongrue qu’une décoration de bûche de noël plantée sur un gâteau de semoule. Spot commença à se poser des questions, mais il finit par se rendre compte que la probabilité de rencontrer un bâtiment de ce genre au milieu d’un désert était bien supérieure à celle de survivre à une chute de météorite sur la tête. Dès lors, il cessa de se poser des questions et entra…

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 08:00

Une planète ravagée. Un continent majoritairement désertique. Au milieu de ce désert, se trouve un cratère immense, témoin de l’impact à l’origine de la situation présente. Et au milieu de ce cratère, se trouve un statisticien, Pierrot Bonjean. Il est resté une bonne heure debout, à regarder autours de lui en se demandant pourquoi il était là. La situation se résumait ainsi. Il était en train de rentrer chez lui quand un grand objet (une météorite, une bombe ou quelque chose comme ça) lui était tombé dessus. Le cratère semblait correspondre à l’impact, mais il n’arrivait pas à expliquer le fait qu’il soit là, entier et intact.

_ Ca doit donc être ça d’être mort, dit il enfin.

_ Non, mon gars, dit une voix derrière lui.

  Pierrot se retourna brusquement et vit un homme vêtu de noir, debout, très grand, pâle comme un linge, et tirant une gueule pas possible.

_ Heu… bonjour ? hasarda Pierrot

_ Si l’on peut dire, répondit l’homme

_ Vous êtes ?

_ Moi ? J’ai un nom, mais je n’ai pas envie de vous le dire.

_ Ah bon ? Moi, je m’appelle…

_ Non !

_ Quoi, non ?

_ Pierrot Bonjean, c’est pas le nom d’un messie ça. Il faut en changer. Disons que vous vous appelez… Spot.

_ Spot ? Mais c’est complètement ridicule !

_ Oui, mais c’est moins long. Bon, il faut que j’y aille. Retrouvez moi !

_ Vous retrouver ? Mais vous pourriez m’expliquer…

_ Non !

  Un léger vent se leva, obligeant Pierr… pardon, Spot, à cligner des yeux. Quand il put à nouveau regarder, l’homme noir s’était volatilisé. Se retrouvant tout seul comme avant, Spot décida de se mettre à marcher… Et puis après, il verrait bien…

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 08:00
Il est temps d'arrêter de ne pas écrire. Je me lance dans une nouvelle série, qui j'espère, plaira. Je n'abandonne pas l'effacement pour autant, mais je n'ai pas eu de nouvelle de Relka dernièrement. A suivre donc... doublement

Pierrot Bonjean, c’est comme ça qu’il s’appelle. Un gars ordinaire, si tant est qu’une telle chose existe. Célibataire, gardant son appartement rangé, sans pour autant être maniaque, il occupe un emploi de statisticien, ce qui explique en partie qu’il est monstrueusement ennuyeux. Voilà pour le personnage.

  Le jour qui termine est lundi. Il termine un peu tard, car il avait plusieurs rapports à taper et à corriger afin qu’ils arrivent chez qui de droit sans la moindre faute. Il va sans dire que tous les destinataires de ces rapports s’empresseront de les jeter à la corbeille, (discrètement, pour laisser à Pierrot l’illusion que son travail est utile). Donc, notre personnage se rentre chez lui, avec une démarche qu’on peut calquer sur celle de la semaine dernière et, au visage, un sourire béat reflétant la joie du travail bien fait.

  Il est 18h52, et dans une minute, le monde tel que Pierrot le connaît va cesser d’exister. L’évènement qui va tout bouleverser n’est autre qu’un objet volumineux tombant depuis le ciel sur la tête de notre héro. Peut être une météorite, peut être un missile, en tout cas, c’est très gros, et son centre se trouve juste à la verticale de la tête de Pierrot Bonjean alors qu’il va s’écraser, quelques 0.05 seconde plus tard.

 Tout homme normal, on l’imagine, voit sa vie défiler devant ses yeux à ce moment là, mais pas Pierrot. Lui, avec une habitude ancrée en lui comme son squelette, calcule, en voyant cette énorme masse qui lui tombe dessus, la probabilité qu’un tel évènement lui arrive, à lui ! Professionnel jusqu’au bout, Pierrot. Comme si ça avait une quelconque importance…

Repost 0
Published by Space Freak - dans Un Monde Moins Ordinaire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Space Freak
  • Le blog de Space Freak
  • : Je crois que je sais écrire de la science fiction
  • Contact

Recherche